Jannick Brassard a surmonté la plus dure épreuve de sa vie

Par Éric Tremblay
Jannick Brassard a surmonté la plus dure épreuve de sa vie
Jannick Brassard était bien entourée pour célébrer sa deuxième position chez les femmes au défi CRYO. (Photo : (Photo - courtoisie))

Jannick Brassard a couru les 32 km qui séparaient Péribonka de Roberval. Un défi colossal dans des conditions extrêmes. Mais pensant aux enfants atteints de cancer et à leurs familles, pour qui elle courait, la résidente de Valleyfield s’est convaincue qu’elle ne pouvait abandonner.

Le lac était gelé, mais la surface était remplie de gadoue. Une slush qui aurait dû être affrontée à l’aide de raquettes, mais Jannick Brassait n’avait pas l’équipement adéquat pour son épreuve. «Au troisième kilomètre, ils [les organisateurs], nous ont dit que sans raquettes, ce serait impossible, a-t-elle indiqué. Ça prenait une tête de cochon pour finir sous les cinq heures sans raquettes. »

Douze personnes ont déclaré forfait en cours de route tandis que dix autres ont terminé au-delà des cinq heures allouées.

C’est en 4 h 50, avec sa lampe frontale pour percer la noirceur du soir, qu’elle a terminé sa course. Un résultat bon pour la deuxième position chez les femmes. «À un certain moment, je me serais couchée dans la neige en regardant les étoiles et en pleurant, e-t-elle avoué. La plus dure épreuve de ma vie. J’ai pensé très fort aux enfants atteints de cancer, à leurs parents et grands-parents et je me suis dit que ce n’était rien à côté de ce qu’ils vivaient. Je ne pouvais pas baisser les bras. »

Le défi CRYO au profit de la Fondation Sur la pointe des pieds réunissait deux conditions gagnantes pour Mme Brassard. D’abord, elle retournait dans son patelin. En 1984, la fille originaire de Roberval assistait à la traversée du lac Saint-Jean à la nage. Elle était admirative des efforts déployés par les athlètes.

Puis, l’épreuve servait à amasser des fonds pour sortir les jeunes atteints du cancer de l’hôpital et leur faire vivre une expédition hors du commun. Avec comme objectif de changer l’image de la maladie et de recréer l’estime de soi chez les participants. Jannick Brassard a remis plus de 1535 $ à la Fondation grâce au support incroyable de la population.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des