Informations en trop

Par Mario Pitre

Dans la société où nous vivons, bombardés que nous sommes de milliers d’informations de toutes sortes, il s’en trouve plusieurs de celles-ci dont on pourrait se passer. Et c’est un journaliste qui le dit.

Par exemple, je comprends mal ce réflexe de la plupart des grands médias à nous interpeller quotidiennement sur le prix de l’essence. «Ce matin, le litre d’essence est à 1,26 $, mais il est moins cher si vous allez en périphérie de Montréal», entend-on chaque matin sur les ondes radio. Est-ce vraiment si important que l’on soit informé du prix de l’essence de façon régulière ? Avec cette information en main, allez-vous sérieusement changer vos habitudes, rouler 25 kilomètres pour aller profiter d’un 2 cents de rabais sur votre litre d’essence ? Surtout que, à bien y penser, ces quelques cents par litre ne constituent, en bout de ligne, de tout au plus 1 $.

Ce genre d’information répétitive n’a pour seul effet de nous rappeler notre entière impuissance face aux grandes compagnies pétrolières, de qui le pauvre consommateur que nous sommes est totalement dépendant. Qui s’en plaindra sérieusement, alors que les ventes de véhicules utilitaires sport et de gros camions pick-up demeurent au beaux fixe, toutes proportions gardées.

Autre type d’information dont on pourrait se passer, c’est tout ce potinage qui entoure le vedettariat, que ce soit ici au Québec, ou pire, avec «les grandes stars d’Hollywood.» Récemment, un magazine de vedettes américaines a décidé un bon matin que l’actrice Sandra Bullock était la plus belle femme au monde (!!) Rien de moins.

J’aime bien Sandra Bullock. Bonne actrice. Assez jolie en effet. Mais de là à dire qu’il n’existe aucune autre femme parmi les quelques milliards  de femmes sur terre pour surpasser la belle Sandra… Bien sûr, chacun prend avec un grain de sel ce genre de nouvelle, d’autant plus que la beauté demeure une notion très suggestive. Il reste que ce type d’information continue à propager l’image d’un idéal féminin de minceur incontournable auquel trop de jeunes filles s’évertuent à répondre, parfois au risque d’affecter leur santé.

En apprenant qu’elle avait été choisie plus belle femme au monde, Sandra Bullock a simplement répondu : «Ridicule !»      

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des