Incendie rue Saint-Isidore: deux familles sur le pavé

Incendie rue Saint-Isidore: deux familles sur le pavé

Le bâtiment situé au 16 et 18 de la rue Saint-Isidore constitue une perte totale. Deux adultes et quatre enfants ont tout perdu dans l’incendie.

Crédit photo : (Photo: Journal Saint-François – Denis Bourbonnais)

FAITS DIVERS. Les membres des deux familles tirées d’un incendie grâce à l’assistance d’un citoyen, tôt mardi matin à Salaberry-de-Valleyfield, ont perdu tous leurs biens dans le brasier des logis situés aux 16 et 18 de la rue Saint-Isidore.

Deux adultes et quatre enfants, des filles âgées de 8 et 10 ans ainsi qu’un garçon de 7 ans et un jeune adulte de 19 ans, se retrouvent sans vêtement à la suite du feu qui a ravagé leur résidence. Une chaîne humanitaire a été lancée sur la page Facebook «Spotted service d’urgence 24/7» pour venir en aide aux sinistrés.

La Sûreté du Québec a ouvert une enquête afin de déterminer la cause du brasier. (Photo: Denis Bourbonnais)

Quant au bon samaritain qui a sauvé les occupants d’une mort possible, Eric Corby, il a affirmé au «Journal Saint-François» avoir passé par toute la gamme des émotions lors de l’évacuation. L’homme qui se rendait à son travail, vers 5 h du matin, a aperçu une colonne de feu et il s’est dirigé vers les lieux de l’incendie.

Une photo du feu a été prise par l’homme qui a participé au sauvetage des occupants. (Photo : Eric Corby – Spotted Service d’urgence 24/7)

«J’ai appelé les secours et j’ai klaxonné. Après, j’ai cogné aux portes avec un autre homme pour faire sortir les résidents», a raconté M. Corby. «Des occupants ont échappé de justesse aux flammes. L’homme mettait ses bas quand je l’ai urgé de sortir. Il a dit que son fils était toujours à l’intérieur. Le jeune homme a crié fort, papa, et il a rampé à terre pour venir nous rejoindre. En plus des 6 occupants, le chien a été sauvé», de relater le Campivallensien.

L’étendue des dommages témoigne de la force de l’incendie. (Photo : Spotted Service d’urgence 24/7)

La Sûreté du Québec a ouvert une enquête pour déterminer la cause de l’incendie et un bandeau rouge interdisait l’accès au périmètre délimité autour du bâtiment détruit, mardi après-midi. «Une analyse a été faite et jusqu’à maintenant, il n’y a pas d’éléments suspects qui permettent de croire qu’il s’agit d’un incendie criminel.

Toutefois, des témoins allèguent qu’un feu de cour mal éteint pourrait être à l’origine de brasier qui a pris naissance à l’arrière du bâtiment.

Commenter cet article

avatar