Hôpital du Suroît : un département d’endoscopie amélioré et aux normes

Par Yanick Michaud
Hôpital du Suroît : un département d’endoscopie amélioré et aux normes
Valérie Duvernay et Dre Élise Gilbert sont fières des améliorations apportées au département d’endoscopie de l’Hôpital du Suroît, qui se rapproche beaucoup plus des nouvelles normes en vigueur. (Photo : Photo Journal Saint-François - Pierre Langevin)

Le département d’endoscopie du 6e étage de l’Hôpital du Suroît est prêt à accueillir ses patients dans des locaux renouvelés, plusieurs mois d’avance.  

« On reconstruit l’hôpital de l’intérieur. Nous avons remis aux normes les locaux, les équipements. Des travaux de près de 3 M$. Il y a quatre des six phases complétées. Les gens croient que nous n’avançons pas. Au contraire, nous avons effectué ces travaux, sans compter ceux des 7e et 8e étages, entrepris simultanément », explique Jade St-Jean, des communications du CISSSMO.

Le Journal Saint-François a pu constater les améliorations, quelques heures avant que le premier patient ne soit accueilli dans les locaux fraîchement peints et refaits. « L’aire d’accueil a été refaite, il y a maintenant une salle d’attente dédiée. Sans compter la chambre de l’endoscopie qui compte plus de lits, plus de civières. Les normes changent et nous devions ramener le département plus près. C’est un département qui a 40 ans », expliquent Valérie Duvernay, chef de l’endoscopie de l’Hôpital et Dre Élise Gilbert, directrice des services professionnels et de l’enseignement médical.

Des processus facilités et plus adéquats

Les améliorations vont accélérer les nombreux processus pour les patients, mais aussi pour le personnel. « Ce sera plus efficaces avec ces nouvelles normes. On a une porte dédiée pour les infirmières. C’est important de travailler dans un environnement fonctionnel. Il y a un bureau pour les médecins. Il sert à rencontrer les patients. Ce n’est pas toujours évident de rencontrer les gens à l’écart. Dans le corridor. C’est beaucoup mieux ainsi », expliquent les responsables.

Quant à la technologie, elle servira aussi à sauver du temps et des énergies humaines. « Ce volet nous rend fiers. Parce que nous avons modernisé les équipements. Les salles sont plus fonctionnelles. Nous serons plus optimaux. On sauvera du temps. Nous serons plus efficaces. Les bras articulés nous permettent de mieux nous positionner. C’est plus ergonomique. Quant aux instruments, aux scopes stérilisés, notre armoire ventilée évitera de refaire le travail deux fois plutôt qu’une. Nous préserverons les instruments plus longtemps. Ce sont toutes de bonnes nouvelles. Nous attendions ce projet depuis longtemps », lancent Valérie Duvernay et Dre Élise Gilbert, enthousiastes.

Les derniers étages refaits

Quant aux 7e et 8e étages de l’Hôpital, l’infirmier chef, Martin Rochon jubile. « C’est nettement mieux. Le poste des infirmières a été refait. Il y a maintenant 21 places assises. Auparavant, nous en comptions six. Il y a une salle pour les médecins. La salle centrale sera complétée sous peu pour laisser les corridors libres. Dorénavant, il n’y aura plus que des chambres à deux patients, maximum. Avant c’était quatre patients par chambre. Et si nous visons 36 lits par unité, ce sera mieux organisé et il n’y aura surtout pas de diminution de service. Au contraire », plaide-t-il.

Les travaux achèvent, et eux aussi seront complétés avant l’échéancier prévu.

Le 7e étage de l’Hôpital du Suroît est dédié aux chirurgies. Le 8e accueille les patients pour la médecine générale.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires