Geneviève Gélineau : authentique et spontanée

Par Yanick Michaud
Geneviève Gélineau : authentique et spontanée
Polyvalente et expérimentée, Geneviève Gélineau ne peut se contenter d’évoluer dans une seule sphère à la fois et s’investis dans la culture, les communications, un monde qu’elle trouve beau, fascinant. (Photo : Photo Journal Saint-François - Pierre Langevin)

Lorsqu’elle a été approchée par les dirigeants des Jeux olympiques spéciaux pour conseiller en matière de communications, Geneviève Gélineau, avec son passé d’éducatrice, de touche-à-tout en matière de culture et de maman universelle a décidé d’en faire plus.

« Nous cherchions un moyen de financement et nous avons rencontré un éditeur. À force de jaser, on a vu la possibilité de faire un livre. Les gens du projet se sont mis à raconter des histoires des athlètes et moi, en une heure, dans ma tête, le livre était écrit. J’ai offert de le mettre sur papier et maintenant c’est devenu concret », explique cette femme authentique qui a trouvé ainsi un moyen de s’engager, de donner du temps pour les autres. « Je n’ai pas nécessairement le temps de siéger à un comité, mais de cette manière je donne aux Jeux », lance Geneviève Gélineau qui réalisait ainsi un double rêve. Celui d’écrire un livre, mais en plus d’écrire un livre pour la jeunesse.

Une autodidacte bien entourée

Plongée dès son plus jeune âge dans la culture, elle en mange quotidiennement. « Sur des photos de moi, très jeune, j’ai un livre dans les mains. J’ai lu des milliers de livres dans ma vie. J’écoutais de la musique à la maison. Du Brassens, du Brel, du Ferré, du Fernand Gignac, à cause de mes parents et du Pink Floyd, par la voix de mon frère, de huit ans mon aîné. J’ai toujours vécu dans cet univers fascinant », explique celle qui a un baccalauréat en littérature française avec une mineure en théâtre.

Plus tard, elle touche à l’enseignement, elle qui adore les enfants. « J’ai débuté avec des jeunes de prématernelle et j’ai même ouvert une école axée sur les arts, L’ABC de l’art. Puis j’ai enseigné à une jeune fille dont le père, Jean-Pierre Major, évoluait dans le milieu des médias. Il savait que j’avais le goût des communications. Il m’a offert ma première chance de faire de la radio. Et depuis, j’évolue dans ce milieu que je trouve si beau », explique celle qui a animé des émissions, qui a fait de la recherche, qui a été le bras droit de Véronique Cloutier et qui, maintenant, accompagne des artistes dans leur cheminement de carrière. Elle est devenue agente d’artiste.

« Je n’aime pas le mot agente, mais je les accompagne. Je vois à leurs réseaux sociaux, qu’ils soient bien dans ce qu’ils font », lance Geneviève Gélineau, rayonnante. « J’ai une belle carrière. C’est beaucoup en raison de ma rigueur, mais aussi parce que j’ai été bien entourée et que j’ai appris », conclut celle qui côtoie les artistes et qui travaille sur des productions musicales de haut niveau comme le Britishow ou Les Années Woodstock qui sera présenté dès l’été prochain.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des