Expérimenter avec le plaisir

Expérimenter avec le plaisir
Ce pont était capable de soutenir le poids de 14 dictionnaires.

Jeudi, les élèves de l’école des Orioles de Saint-Zotique présentaient le fruit de leurs recherches lors de la première Expo-sciences. Après avoir réalisé des recherches et des expériences, c’était à leur tour d’expliquer les phénomènes auxquels ils ont été confrontés.

«Ça ne coule pas comme un robinet», révélait un étudiant de 1ere année qui avait été plongé dans le thème du temps des sucres. Son groupe était heureux de mentionner comment on récoltait l’eau d’érable avec l’aide de chalumeau et de tubes. Leurs confrères de classe avaient mis beaucoup d’entrain pour expliquer ce qui concerne l’acériculture, de l’érable, jusqu’à sa transformation.

Du préscolaire à la 6e année, chaque classe étudiait un phénomène. Le thème de l’espace était divisé en deux; le système solaire et les phénomènes astronomiques en 5e année tandis que la 6e année voyait l’exploration spatiale. «On travaille sur l’Expo-sciences depuis le mois de janvier. On a d’abord fait une visite au Planétarium de Montréal et les jeunes ont choisi leur sujet selon leurs intérêts», ont expliqué les enseignantes Peggy Leblanc et Karine Pilon.

Pour composer la présentation, les élèves ont dû utiliser toutes les notions apprises en classe. Que ce soit la lecture, les arts plastiques, la présentation orale ou les mathématiques.

Ces dernières notions étaient particulièrement explorées par les élèves de 4e année qui ont travaillé sur les ponts. Ils ont tous appris que le triangle était la forme la plus solide et qu’elle ne se déformait pas facilement.

«On a appris comment on construisait les ponts. C’était passionnant de voir notre pont grandir par petits bouts», a indiqué Xavier Viau. Le pont de son équipe, construit à l’aide de bâtons de bois et de colle chaude a été capable de soutenir le poids de 14 dictionnaires.

Il s’agit de quatre bouquins de moins que le Daisy Bridge. Étienne a expliqué que chacun des quatre membres de son équipe avait une idée de départ et qu’ils ont réussi à s’entendre sur une construction.

En 3e année, on a étudié les habitations amérindiennes. Une équipe a cherché à savoir quelle matière était la plus isolante pour construire un abri entre la feutrine-fourrure, le caoutchouc et le papier qui représentait l’écorce. «On s’est dit que ce devait être la fourrure. C’est chaud et les animaux n’ont pas froid», ont-ils dit.

À l’aide de thermomètres, de glace et de leurs trois éléments, ils ont découvert que leur hypothèse était la bonne. «Après trois minutes, la feutrine avait perdu 7 ° C comparativement à 8 ° C pour le caoutchouc et le papier. Mais après sept minutes, l’écart était le même entre les trois», ont-ils expliqué.

L’an prochain, l’école aimerait que certaines équipes de 6e année puissent participer à la finale régionale de la Montérégie, présentée à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Le monde des dinosaures Préscolaire
Le temps des sucres 1ere année
Les habitations amérindiennes 3e année
D’une rive à l’autre 4e année
Le système solaire et les phénomènes astronomiques 5e année
L’exploration spatiale 6e année
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des