Elle sauve la vie d’un homme à l’épicerie

Valérie Gagnon - Gravité Média
Elle sauve la vie d’un homme à l’épicerie
Joanie Primeau. (Photo : Andrew Clark)

Gabrielle Demers était loin de se douter que son conjoint Daniel Veilleux se serait étouffé avec un morceau de poulet dans sa voiture stationnée au IGA à Sainte-Martine, le dimanche 7 juillet, un peu après midi.

Les deux résidents d’Ormstown étaient de passage dans la municipalité pour s’acheter à dîner. En mangeant son repas, M. Veilleux, âgé de 62 ans, s’est étouffé pour la première fois de sa vie.
« Je lui ai demandé s’il était correct. Il m’a fait signe que non et je lui ai demandé s’il voulait que je lui fasse la pousse en J et il m’a dit oui. Alors, je commence à lui faire, mais je n’étais pas capable. Juste à côté de nous, il y avait un pick-up blanc et le jeune couple était là et ils nous ont demandé si nous avions besoin d’aide », raconte Gabrielle Demers.
Joanie Primeau et Samuel Reid, âgé de 25 et 26 ans, leur ont porté secours.
« Elle lui a fait deux fois la pousse en J. Elle l’a levé de terre. Le morceau était accroché dans sa gorge », affirme Mme Demers.
Les bons Samaritains ont composé le 911 pour que M. Veilleux soit transporté à l’hôpital Anna-Laberge de Châteauguay puisque ce dernier respirait, mais n’était pas capable d’avaler. « Heureusement qu’on les a écoutés », confie Mme Demers, émotive. Le morceau de poulet a provoqué une déchirure de l’œsophage. « Si ça n’avait pas été de ça (la manœuvre que Joanie Primeau a effectuée), ils (équipe médicale) m’auraient mis sur une table d’opération », remarque Daniel Veilleux.
« Il y a tout le temps des gens qui vont aider dans la vie, croit Mme Demers. La bonne Samaritaine a été merveilleuse et les ambulanciers ont été super. Il (Daniel) est arrivé là-bas, il a été choyé. L’équipe à l’urgence était merveilleuse. Je voulais juste remercier toutes les infirmières à l’urgence pour tous les soins qu’il a eus. S’il est sauvé, c’est grâce à toute cette belle équipe-là », laisse entendre Mme Demers.

« Quand j’ai vu l’homme en sortant de l’épicerie, j’ai laissé mes sacs à terre et j’ai couru vers lui, relate Joanie Primeau. Ça va vite, je n’ai pas pensé et j’ai tout de suite agi, poursuit-elle. Ç’a bien commencé mes vacances, j’ai fait ma bonne action. »

Gabrielle Demers et Daniel Veilleux.

Celle qui a sauvé la vie de M. Veilleux s’est souvenue de son cours de secourisme qu’elle a suivi à l’époque où elle travaillait dans une garderie. « C’était comme un automatisme. J’ai tout de suite mis ma jambe entre celles du monsieur et je l’ai levé de terre », fait-elle part avec grand étonnement.
Joanie Primeau croit que c’est l’affaire de tout le monde que de porter secours à quelqu’un qui est en danger de mort. Ses parents Nathalie et Mario Primeau sont très fiers d’elle. « Il devrait y avoir des cours de secourisme obligatoires au secondaire », laisse entendre Nathalie Primeau.
La méthode Heilmlich en quatre étapes
D’abord, la personne doit être derrière celle qui s’étouffe. Elle met sa jambe entre les deux jambes de la victime. Le secouriste met ses deux mains réunies en poing au-dessus du nombril. Il exerce une pression en forme de J en dessous de l’estomac. La manoeuvre a été mise au point par le Docteur Henry Heimlich en 1974.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Éric Brunet Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
Éric Brunet
Guest
Éric Brunet

Les cour de premier soi. Devrais etre donné des le primaire a la place de certain cours rendu désuet avec la réalité d’aujourd’huit