Des milliers d’archives photographiques disparues en fumée

Par Mario Pitre
Des milliers d’archives photographiques disparues en fumée
Les archives photographiques de Jacques Smith étaient conservées dans cet immeuble. (Photo : Journal Saint-François Yamick Michaud)

L’incendie survenu le 30 décembre dans des immeubles de la rue Nicholson a causé des pertes matérielles importantes, incluant des milliers d’archives photographiques témoignant de l’actualité locale et régionale.

Ces archives sont celles de l’ex-photographe de presse Jacques Smith, copropriétaire d’un des immeubles détruits. Celui-ci y conservait toujours des quantités incalculables de négatifs de photos prises durant sa carrière de photographe.

« Je conservais des milliers de photos d’actualité datant du temps où je travaillais pour Le Progrès (1971-1976) et pour Le Soleil (1976-1995), de même que d’autres photos allant jusqu’en 2002 », raconte celui qui est aussi conseiller municipal du district Robert-Cauchon.

« Cela comprend des photos de faits divers, d’enquêtes du coroner (à l’époque où les photographes avaient accès aux salles de justice), de même que des affaires politiques, entre autres. »

C’est sans compter toutes les archives photographiques touchant les Régates de Valleyfield, dont il a été le photographe officiel durant plusieurs années.

Jacques Smith a été photographe de presse pour les hebdomadaires Le Progrès et Le Soleil. (Photo d’archives)

Paradoxalement, Jacques Smith avait récemment entrepris des discussions avec le Musée de société des Deux-Rives (MUSO) dans le but d’y entreposer cette imposante collection dans un fonds d’archives, à l’instar de celui du photographe Peter Rozon. « On pensait s’y mettre en 2020, mais cela ne pourra malheureusement pas se réaliser », déplore-t-il.

Malgré ces pertes, le copropriétaire se désole particulièrement pour les pertes encourues aux Ateliers Cré-Actions du Suroît ainsi qu’au centre de francisation L’Insulaire, deux organismes communautaires qui occupaient l’édifice commercial. « C’est très malheureux car ils accomplissaient des choses fantastiques », dit-il.

Cocktail Molotov

Par ailleurs, selon certaines informations transmises au Service de sécurité-incendie de Salaberry-de-Valleyfield, un cocktail Molotov serait à l’origine de l’incendie du 30 décembre.

Un suspect aurait été aperçu entrain de lancer l’objet à l’arrière des immeubles résidentiels, a fait savoir le directeur Michel Ménard. « C’est ce qui nous a incité à confier aussitôt l’enquête à la Sûreté du Québec », selon lui.

L’enquête se poursuit afin de tenter de mettre la main sur le suspect en question.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des