Actualités

Des délais et des coûts supplémentaires pour le Défi-logis

jeudi le 14 février 2019
Modifié à 14 h 44 min le 14 février 2019
Par Eric Tremblay

La pénurie de main d’œuvre dans le domaine de la construction et le long processus de la Société d’habitation du Québec ont eu pour effet de repousser le projet du Défi-logis. Les coûts de construction pour l’unité de huit logements destinés aux personnes ayant une déficience intellectuelle légère ou un trouble du spectre de l’autisme ont incidemment explosé. :«Les coûts ont explosé de 30 %, explique Greg McKenna, président de l’Association pour les personnes ayant une déficience intellectuelle du Suroît. Le budget estimé à 1,2 M $ a été revu à 1,6 M $.» L’année 2018 a vu l’APDIS récolter 70 000 $ à travers ses différentes activités de financements telles le Festi-bières ou son traditionnel spaghetti. Les nouveaux 400 000 $ exigés pour le projet ont été une douche froide. M. McKenna mentionne que le souhait était d’aller en soumission à l’automne afin que les premiers occupants aménagent en mars 2019. «Ça fait 10 ans que des parents-bénévoles travaillent sur le dossier, rappelle-t-il. C’est sûr que les locataires sont déçus. » L’APDIS ne baisse toutefois pas les bras. M. McKenna ne dresse pas de nouvel échéancier afin d’éviter une éventuelle déception. «Le projet est sur les rails, mais on ne sait pas quand le train va arriver à la gare», image-t-il. D’autant plus que la communauté a déjà contribué pour un montant évalué entre 500 000 $ et 600 000 $ depuis le début. «On a la confiance de la communauté, mais on sent que les gens ont hâte que ça aboutisse, assure-t-il. Les délais font aussi en sorte qu’on a perdu 100 000 $ en commandite. On a de quoi pour partir le projet, mais le plus tu mets d’argent, le moins ton hypothèque est élevée. » La Ville de Salaberry-de-Valleyfield a embarqué dès le départ dans le projet. Elle a notamment donné un terrain de la rue Bourget à l’APDIS. Le président de l’APDIS évalue à plus de 300 000 $ la contribution municipale jusqu’à présent. Les architectes essaient de rencontrer les exigences de la Société d’hypothèque et de logement. Parce que le Défi-logis n’a rien de conventionnel. L’immeuble de huit logements pour les personnes ayant une déficience intellectuelle légère ou un trouble du spectre de l’autisme n’aura pas une supervision 24/7. «Dans la région, il y a une demande pour neuf blocs de ce genre, explique le président de l’APDIS. Il faut briser la glace avec le premier. » La cinquième édition du Festi-bières au profit du Défi-logis aura lieu du 7 au 9 juin à Valleyfield. Défi-logis Un projet d'intégration logement en déficience intellectuelle Une première résidence pour adultes jeunes et moins jeunes vivant avec une déficience intellectuelle/trouble du spectre de l’autisme située à Valleyfield Un édifice à huit logements de 3 1/2 pièces sur deux étages avec services complets (sans ascenceur) Un milieu de loisirs intérieurs communautaires regroupant divers équipements Une résidence pour personnes autonomes [Source - http://www.apdis.ca/deacutefi-logis.html]

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous