Plusieurs semaines après les élections provinciales du 1er octobre, il reste quelques affiches électorales sur le territoire. La loi électorale prévoit pourtant qu’elles devaient être retirées au plus tard 15 jours après le jour du scrutin.

Une brève tournée du Saint-François a permis d’en voir trois; une sur la rue Hébert à proximité de la résidence Saint-Charles, une autre à l’entrée du stationnement près de la pharmacie Familiprix et une autre sur le boulevard Hébert près de la limite entre Valleyfield et Beauharnois. Ce sont toutes des pancartes du candidat libéral, Félix Rhéaume.

À défaut qu’une pancarte ait été enlevée dans les délais requis, la municipalité ou le propriétaire du poteau sur lequel elle se trouve «peut la faire enlever aux frais du parti ou du candidat», prévoit l’article 259.8 de la loi électorale.

La Ville ou le propriétaire doivent cependant avoir au préalable transmis un avis de cinq jours au parti ou au candidat.

«L’avis doit indiquer les endroits où des affiches doivent être enlevées. Si la municipalité ou le propriétaire a dû procéder à l’enlèvement d’affiches aux frais du parti, du candidat ou de l’intervenant particulier, la facture doit indiquer le lieu et la date où il a procédé à l’enlèvement», prévoit aussi la loi.
(Avec la collaboration d’Hélène Gingras)