Démystifier le spectre de l’autisme en en parlant

Par Yanick Michaud
Démystifier le spectre de l’autisme en en parlant
En entrevue, Jérémie parle de longues minutes de ses passions, le cinéma, les courts-métrages, Star Wars. Il pose à proximité de son imposante collection de figurines. (Photo : Yanick Michaud)

Féru de cinéma, de courts-métrages, d’écriture de scénarios et de science-fiction, Jérémie Dufour parle de ses passions avec beaucoup d’empressement.  

Le jeune homme de 23 ans parle de son projet d’interview avec un important réalisateur. Il passe ensuite au sujet de sa bourse du Conseil des Arts, reçue pour le tournage d’un court-métrage qu’il produira avec Spectrum. « Et c’est quoi Spectrum Jérémie ? »

« Une école pour les autistes. Une maison de production pour nous. C’est à Montréal. C’est la meilleure place du monde Yan. »

Jérémie est atteint du Syndrome d’Asperger. Un trouble envahissant du spectre de l’autisme. Ça s’est manifesté dès l’enfance chez Jérémie. Grâce à ses connaissances en montage vidéo, puis à ses contacts, Jérémie a produit un vidéo en 2020, propulsé le 2 avril, dans le cadre de la journée de la sensibilisation à l’autisme. « C’est important d’en parler de l’autisme. Il faut souligner cette journée et sensibiliser les gens. Pour qu’ils comprennent ce que c’est. Ça leur permet de mieux comprendre ce que nous vivons », explique celui qui travaille à titre de commis dans une pharmacie depuis 3 ans maintenant.

Le mois de l’autisme

Avril est le mois de sensibilisation au spectre de l’autisme. Pascal Dufour, le père de Jérémie est persuadé de l’utilité d’en parler. « Les gens ne sont pas au courant de ce que c’est. À moins d’avoir quelqu’un dans ta famille proche. Dans ce cas, les gens sont plus patients, mais à certains moments, ça provoque quand même des malaises », exprime-t-il.

Il avoue cependant qu’avec les démarches comme celles de la Fondation Véro & Louis, ou encore des émissions comme Autiste, bientôt majeur, la population comprend un peu plus. « Ça reste que les gens ne sont pas familiers avec le spectre de l’autisme. Ils peuvent difficilement imaginer ce que nous vivons. Aucune idée de comment ça se passe », plaide Pascal Dufour qui se réjouit de pouvoir aider son fils.

« Sans dire que nous sommes chanceux, heureusement Jérémie est très fonctionnel. Très autonome. Il ne l’est pas complètement, et ça ajoute des défis au quotidien. Mais il y a des cas plus lourds. Nous en sommes conscients », dit le père, fier de voir sa progéniture porter le flambeau le 2 avril. « Avec ses vidéos, il permet de rejoindre bien des gens. Il a un beau succès », dit-il, l’œil brillant.

Être prêt pour en parler

Jérémie est prêt pour le 2 avril. Son vidéo 2021 en est aux derniers ajustements. Cette année, il a voulu faire une courte autobiographie. « C’est un ami de Spectrum qui va animer. Et c’est narré par Kim Despatis, la Donatienne des Pays d’en Haut », se réjouit celui qui s’attire la sympathie de nombreuses vedettes en raison de sa personnalité éclatante et de son enthousiasme. Le jeune homme ne se met pas de barrière et ose demander. « Il me manque juste mon chandail Différent comme toi. Je l’ai commandé et il doit arriver bientôt. Cette année, il est en coton ouaté. Pour faire différent de mes t-shirts », explique avec entrain le jeune homme avec qui on ne se tanne jamais de discuter.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
Un dessin animé pour sensibiliser à l’autisme - Journal Saint-François
8 jours

[…] même, dans ce court dessin animé, Jérémie y va d’une courte autobiographie qui survole rapidement ses 23 ans. Son passage à l’école, […]

trackback
Autisme Montérégie dévoile son nouveau logo - Le Courrier du Sud
6 jours

[…] Montérégie souligne le début du mois de la sensibilisation à l’autisme et son 15e anniversaire en s’offrant un […]