Contrer les cybercrimes au temps de la pandémie

Par Yanick Michaud
Contrer les cybercrimes au temps de la pandémie
Il existe de nombreux trucs pour contrer les cybercrimes et ceux qui les propagent, il suffit de savoir les reconnaître et ne pas tomber dans les pièges tendus. (Photo : Courtoisie)

L’auteure de Saint-Anicet et spécialiste de la sécurité informatique, Andrée Décarie met à profit son expérience pour contrer les cybercriminels.

En fait, elle prononce des conférences pour mettre en garde les gens sur l’actuelle recrudescence de la cybercriminalité au temps de la COVID-19.

« La technologie est devenue indispensable. Alors les cybercrimes ont explosé de manière exponentielle. Et c’est pire depuis le début de la pandémie », dit celle qui démystifie le tout lors de ses conférences. « Comment les reconnaître, comment s’en protéger ? Quels sont les gestes à poser ? Que dit la loi à ce sujet ? », des questions auxquelles l’auteure qui a œuvré pendant plusieurs années en sécurité informatique répond.

De nombreuses victimes

L’utilisation des réseaux sociaux pendant la pandémie a permis aux gens d’être moins isolés. Mais cette manière de faire a aggravé des problèmes. La cyberinitmidation, mais aussi le sextage, la cyberpornographie, l’hameçonnage, le vol d’identité. « Pour certains, c’est devenu le Far Web. Des courriels, textos ou messages instantanés qui se veulent cruels ou menaçants. L’envoi de photos embarrassantes. Des insultes sur les pages, du harcèlement. Ça mène souvent à des décès. Sur Internet, les criminels sont comme des requins dans une piscine remplie de poissons », raconte Andrée Décarie qui explique aux gens comment se défendre. Se protéger de cette intimidation.

Elle parle des conséquences, mais aussi des moyens à prendre pour dénoncer et éviter de se faire prendre. « L’hameçonnage. Les faux courriels. Les Fake News. Il faut être vigilant. Ne jamais fournir d’informations personnelles. Il est important de vérifier les sources », mentionne-t-elle. Lorsqu’une offre est trop belle pour être vraie, c’est qu’elle n’est pas vraie. Elle fait partie des trucs pour propager les cybercrimes.

L’auteure prononce actuellement ses conférences de manière virtuelle. Elle l’a récemment fait au profit d’abonnés des Bibliothèques de Montréal, arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

Et d’autres sujets

Andrée Décarie est également en mesure de présenter d’autres conférences pour les jeunes ou un public plus large.

Elle offre ses services pour parler de Thrillers Policiers et justice sociale, un processus créatif. Il s’agit d’une discussion avec les jeunes des thèmes contemporains de justice sociale inclus dans les romans. « On parle ici aussi des cybercrimes, la cyberintimidation, l’environnement, les terres rares, l’intelligence artificielle, les drogues de synthèse. Le but de cette activité est de susciter un intérêt, une prise de conscience sur des éléments de justice sociale qui nous touchent tous », évoque-t-elle.

Autre thème, L’intelligence artificielle, au cœur de nos vies. « On ne peut y échapper, l’IA est partout. On veut comprendre comment ça fonctionne, à quoi ça sert. S’agit-il d’optimisation ou de manipulation ? Faisons un tour du monde de l’IA. »

Enfin, celle qui a écrit deux volets de Cyprien et les Zombis Nazis propose la Seconde guerre mondiale, mystères et découvertes technologiques. Cet atelier permet de découvrir les principaux événements de la Seconde Guerre dont la bataille du Saint-Laurent et les avancées technologiques réalisées par les Canadiens et les Alliés.

Il est possible de joindre l’artiste aux Éditions Révolte via le edrevolte@gmail.com.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Anonyme
Anonyme
1 mois

Andrée Décarie qui? A-t-il un linkedin ou un site web le décrivant?