Confectionner le tissu social, un masque à la fois

Confectionner le tissu social, un masque à la fois
(Photo : (Photo - Facebook))

Les ateliers Cré-Actions du Suroît de lancent dans la production de masques. L’organisme veut ainsi redonner à sa communauté, lui qui a tant reçu après l’incendie qui a détruit son pied à terre le 30 décembre. 

«On y pensait depuis longtemps, soutient la coordonnatrice Annick Sauvé. Le but est d’offrir à la population une option pour ne pas avoir à utiliser les masques N95 et ainsi les réserver pour le milieu de la santé. On sent qu’on touche à un besoin.»

Depuis un moment, on se confronte sur le port du masque dans la population. Il ne remplace en rien la distanciation sociale et le lavage des mains pour contrer la propagation du virus. La coordonnatrice dit avoir des gens près d’elle, qui ont une problématique de santé, qui porte le masque régulièrement afin de protéger les gens qui les entourent.

Les deux couturières-bénévoles vont confectionner les masques pour homme, femme et enfant. Le défi sera de s’approvisionner en matériel neuf. «Les masques seront conçus de polyester et de coton, informe Mme Sauvé. Avec la vente des masques, on ne fera pas de profit. On couvre nos frais de matériel, que ce soit les tissus, le fil et sa confection. »

Des indications sur la façon de porter le masque, de le retirer et de le laver seront aussi indiquées avec le produit.

L’organisme était prêt à redémarrer ses activités dans ses nouveaux locaux de la rue du Marché. Mais la pandémie est venue nuire à leur projet. Mais après le soutien obtenue à la suite de l’incendie qui a détruit leurs locaux de la rue Nicholson, les ateliers Cré-Actions voit dans la fabrication de masque une façon de redonner à sa communauté qui l’a aidé.

À propos des ateliers Cré-Actions

Issu d’un projet d’économie sociale, l’Atelier-Boutique Cré-Actions est un lieu où l’on retrouve des articles conçus par des artisans et d’autres par des jeunes femmes qui y découvrent de nouvelles habiletés autant techniques que sociales. Le projet, supporté par Justice alternative du Suroît, y accueille une soixantaine de jeunes femmes âgées entre 14 et 24 ans qui se familiarisent avec la couture.

Les participantes sont référées par des organismes comme le Carrefour Jeunesse Emploi, les Centres Jeunesse ou la commission scolaire. Elles témoignent de diverses contraintes liées au décrochage scolaire, ou encore de violence familiale ou conjugale, d’itinérance ou encore de démêlées judiciaires.

(Avec Mario Pitre)

Partager cet article

3
Laisser un commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Diane DuguayJules Parénancy Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
nancy
Guest
nancy

comment faire pour passer une commande et quel est le prix du masque(félicitations pour votre initiative).

Jules Paré
Guest
Jules Paré

Commet avoir la possibilité d’obtenir un masque et a quel couts?

Diane Duguay
Guest

J’aimerais bien acheté un masque, comment faire