Comme rouler les yeux fermés la longueur d’un terrain de football

Par Denis Bourbonnais
Comme rouler les yeux fermés la longueur d’un terrain de football
La campagne de sécurité routière destinée à contrer l’usage du cellulaire au volant a été lancée en présence du sergent Pascal Gauthier (Sûreté du Québec) ainsi que de Maude Laberge, préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry, Karine Landerman (Conseil de la culture), Évelyne Cazelais (Société de l’assurance automobile du Québec) Yanick Dufour (Police de Châteauguay) et Patrick Nadeau, entraîneur-chef du club de football Noir et Or au Collège de Valleyfield. (Photo : (Photo: Journal Saint-François – Denis Bourbonnais) )

SÉCURITÉ ROUTIÈRE.  Texter en conduisant à une vitesse de 90 km/h augmente considérablement le risque d’accident puisque le chauffeur quitte la route des yeux de 4 à 6 secondes pour une distance approximative de 110 mètres, ce qui correspond à la longueur d’un terrain de football.

«La distraction au volant est l’une des principales causes d’accident au Québec et le problème prend de l’ampleur», constate Évelyne Cazelais, conseillère régionale en partenariat de sécurité routière à la Société de l’assurance automobile du Québec.

S’adressant aux personnes présentes à la rencontre de presse annonçant la nouvelle campagne de sécurité publique «Pas de ‘’cell’’ au volant, c’est gagnant!», mardi matin à la Cité des Arts et des Sports, la porte-parole de la SAAQ a révélé que 35% des décès sur les routes sont attribuables aux distractions au volant. De plus, une étude réalisée par une équipe de l’Université Virginia Tech aux États-Unis a permis d’établir que le risque d’accident est 23 fois plus élevé pour un conducteur de véhicule lourd qui texte en conduisant.

Mme Cazelais a en outre signalé que le système de communication «main libre» est légal au sens de la loi, mais que son utilisation demeure aussi dangereuse que le text au volant. «Le conducteur qui tient en main ou de toute autre façon un cellulaire dans un véhicule est présumé en faire usage. Le seul fait de le manipuler en conduisant constitue une infraction. Il est interdit de lire ou écrire des messages textes et des courriels ou de consulter des sites web au volant d’un véhicule», a-t-elle rappelé.

Le sergent Pascal Gauthier, du poste de la Sûreté du Québec de la MRC de Beauharnois-Salaberry, mentionne pour sa part que le nombre d’infractions liées à l’utilisation du cellulaire au volant a augmenté de plus de 60% depuis l’entrée en vigueur des nouvelles mesures du Code de la sécurité routière en juin 2018.

«Les policiers peuvent maintenant saisir les appareils pour vérifier les données qui peuvent servir à des besoins d’enquête», de préciser l’officier d’opération intérimaire au Centre de services de la SQ à Salaberry-de-Valleyfield.

Quant aux stratégies d’intervention de la nouvelle campagne, M. Gauthier a indiqué certaines opérations seront communiquées à la population au préalable et que d’autres feront partie du travail quotidien des patrouilleurs. Des activités de sensibilisation sont également prévues dont la remise de documentation préventive par des cadets de la SQ aux automobilistes en attente aux ponts Larocque et Saint-Louis.

«La MRC a de nouveau mobilisé pour cette nouvelle campagne ses partenaires de longue date que sont les municipalités, la Sûreté du Québec, le Service de police de Châteauguay, la Société de l’assurance automobile du Québec ainsi que pour une 2e année, le Conseil de la culture de la MRC», a résumé la préfète, Maude Laberge.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des