Un écosystème à protéger dans le Haut-Saint-Laurent

Par Yanick Michaud
Un écosystème à protéger dans le Haut-Saint-Laurent
Conservation de la nature Canada œuvre à la protection des milieux naturels les plus précieux et des espèces qu’ils abritent. (Photo : Courtoisie RNF Lac Saint-Francois)

Saint-Anicet, Sainte-Barbe et Dundee sont les plus récentes communautés à obtenir les activités de Conservation de la nature Canada (CNC).

CNC a identifié les municipalités du Haut-Saint-Laurent, en raison de leurs milieux naturels à haute importance écologique. L’organisme de bienfaisance souhaite collaborer avec les résidents de la région pour y protéger des terres privées. CNC est d’avis que les activités humaines et agricoles peuvent se réaliser tout en respectant la nature.

C’est grâce à l’appui du Programme Interactions communautaires et de la Fondation de la faune du Québec que CNC sensibilisera les propriétaires de milieux naturels riverains du fleuve Saint-Laurent au cours des deux prochaines années.

En allant à leur rencontre, les biologistes de CNC offriront aux résidents d’identifier les espèces présentes sur leur terrain et de les informer sur les caractéristiques écologiques de leur propriété. Ils espèrent ainsi susciter un engagement volontaire pour la protection des écosystèmes. L’organisation entend soutenir les propriétaires qui seront intéressés à donner ou à vendre leurs terrains à des fins de conservation.

CNC invite les propriétaires intéressés à manifester leur intérêt en contactant Valérie René, la coordonnatrice du projet à CNC au 1 877 231-3552 poste 6293 ou par courriel : valerie.rene@conservationdelanature.ca.

Un milieu d’une grande richesse écologique

« Le Saint-Laurent est au cœur de notre histoire. C’est pourquoi le gouvernement du Québec accorde une aide financière à ce projet rassembleur et ancré dans la communauté, qui vise à sensibiliser les propriétaires de milieux naturels riverains à l’importance d’assurer la protection des ressources du Saint-Laurent. C’est à travers ce type d’initiatives que, tous ensemble, nous améliorerons son écosystème », explique Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

« La rive sud du lac Saint-François (un élargissement du fleuve Saint-Laurent) est composée de milieux humides et de boisés qui rendent des services écologiques importants pour le fleuve, par exemple en jouant un rôle de filtration des eaux, permettant d’en améliorer la qualité. », indique Valérie René, coordonnatrice de projets à Conservation de la nature Canada au Québec. Le secteur est également un habitat de choix pour des espèces comme la tortue géographique, désignée vulnérable au Québec, en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables (LEMV), et la tortue mouchetée, désignée menacée au Canada selon la Loi sur les espèces en péril (LEP) et la LEMV au Québec.

Les boisés et friches riverains de cette zone abritent des espèces floristiques sensibles telles que la zizanie à fleurs blanches (susceptible d’être désignée menacée ou vulnérable), la matteucie fougère à l’autruche, vulnérable selon la LEMV au Québec et le noyer cendré en voie de disparition selon la LEP au Canada.

CNC œuvre dans le secteur du fleuve Saint-Laurent depuis une trentaine d’années. À ce jour, grâce à ses bailleurs de fonds et à ses partenaires, dont le Programme Interactions communautaires, CNC a protégé plus de 1 400 hectares d’habitats naturels d’intérêt entre le lac Saint-Louis et le lac Saint-Pierre.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des