Claude Reid «fait aller» le téléphone pour défendre le centre mère-enfant

Claude Reid «fait aller» le téléphone pour défendre le centre mère-enfant
Le député Claude Reid a expliqué aux manifestants qu'il souhaitait un travail de collaboration dans le dossier du centre mère-enfant de l'Hôpital du Suroît. (Photo : (Photo - Pierre Langevin))

Le député de Beauharnois assure qu’il suit le dossier du déménagement du centre mère-enfant de près. Il assure de faire connaître cette préoccupation auprès des ministres responsables des dossiers. 

«Je suis en communication constante avec Lionel Carmant [ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux], Christian Dubé [ministre de la Santé et des Services sociaux] et le premier ministre François Legault, a-t-il mentionné vendredi matin. J’ai aussi eu des échanges avec Yves Masse [pdg du CISSSMO], pour tenter d’influencer le dossier. On fait aller le téléphoneLe travail a été entrepris en 2019 pour assurer des services de santé adéquats et le maintien des soins de proximité à l’Hôpital du Suroît. » Une rencontre avec M. Carmant est déjà planifié à l’agenda.

Le futur Hôpital de Vaudreuil-Soulanges va changer la dynamique santé dans la région. Un établissement de santé nécessaire dans le secteur. Toutefois, dans son mandat, le CISSSMO doit s’assurer de maintenir un équilibre dans l’offre régionale de santé et services sociaux, ajoute le député de Beauharnois. Ce qui revient à bien départager les services.

Claude Reid rappelle que le plan clinique, qu’il qualifie de fondation, a été déposé en mai 2018. Mais l’Hôpital de Vaudreuil-Soulanges est arrivé sur la table de travail bien avant. «Le dossier a un historique, dit-il. L’appareil gouvernemental a fait un travail. Il y a eu du travail dans ce dossier de Lucie Charlebois [ancienne députée de Soulanges] depuis 2010. Le plan clinique a mis le projet en marche; on essaie de revoir les paramètres. »

Le député assure travailler fort pour préserver les soins à l’Hôpital du Suroît et même y voir des investissements. «Ça paraît qu’il a été sous-financé depuis 20 ans, a-t-il lâché. On le sait, le bassin est plus pauvre ici. »

Il a apprécié les rencontres avec les organismes d’aide aux femmes. Le député a ainsi pu obtenir des arguments complémentaires à ceux déjà présentés. «Je travaille pour eux et avec eux, a-t-il affirmé à propos du comité Sauvons le centre mère-enfant de l’Hôpital du Suroît. C’est ma job de député d’amener les besoins et préoccupations du comté à la table des ministres. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires