Chanceux dans sa malchance

Par Denis Bourbonnais
Chanceux dans sa malchance
Un trafiquant de stupéfiants a été arrêté dans un bar et les policiers ont ensuite fait une perquisition à sa résidence de Saint-Zotique.

«Je pensais bien que ça y était. J’ai pris deux bouillons et j’étais incapable de remonter à la surface. Après 7 ou 8 bouillons, j’ai commencé à paniquer. Quelques secondes de plus et je me serais noyé.»

Ce récit du pilote d’hydroplane Marc Lecompte a donné la chair de poule à la suite du terrible accident survenu samedi aux Régates de Long Sault (Ontario). Le conducteur du «Miss Saint-Félicien» H-104 s’est retrouvé à l’envers dans les eaux de la baie de Mille Roches quand il a perdu la moitié de son embarcation en négociant le premier tournant dans l’épreuve de qualification 1A de la classe Hydro 350.

Lecompte filait à pleine vapeur et il menait la course à l’issue du premier tour lorsque son bolide s’est désintégré au milieu du virage. Le bateau s’est soulevé et au moment où l’aileron latéral a raccroché dans les vagues, le côté gauche a arraché. Le coureur de Salaberry-de-Valleyfield a fait un tonneau, attaché dans ce qui restait de l’embarcation à plusieurs mètres du ponton orphelin.

Flottant en sens dessus-dessous, Lecompte a tenté de respirer l’oxygène à l’aide de son masque à gaz mais il a plutôt avalé de l’eau. Le problème qu’il a rencontré, c’est que la bonbonne d’air se trouvait dans le patin qui s’est détaché de la coque.

Le vétéran pilote a réussi tant bien que mal à s’agripper au bateau pour essayer de sortir de l’eau mais sa situation s’est compliquée. Un fil de son système de communication s’était enroulé au tour d’une cheville et Lecompte est demeuré prisonnier dans son cockpit. Il était moins une lorsque les plongeurs sont parvenus à couper le fil pour permettre au pilote de revoir le ciel.

«J’ai vraiment eu peur. Je pensais que j’étais pour me noyer. Les plongeurs m’ont sauvé la vie», a raconté Marc Lecompte. «Chose certaine, je ne laisserai plus jamais la bonbonne d’air dans le ponton», devait-il affirmer.

Au lendemain de sa mésaventure, le champion de la classe Hydro 350 en 2012 a indiqué qu’il doit réfléchir à son avenir. «Je regarde mes options et je prendrai une décision à tête reposée», de signifier Marc Lecompte.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des