Célébrer une dernière fois à Sacré-Cœur

Par Yanick Michaud
Célébrer une dernière fois à Sacré-Cœur
C’est l’évêque Noël Simard et l’abbé Normand Bergeron (à gauche) qui ont célébré la dernière messe de l’église Sacré-Cœur, le dimanche 1er septembre. (Photo : Photo Journal Saint-François - Pierre Langevin)

Devant plus de 350 personnes, l’évêque Noël Simard et l’abbé Normand Bergeron ont célébré une dernière fois une messe dans l’église Sacré-Cœur.  

Un moment de grandes émotions pour Normand Bergeron, curé de la paroisse Sainte-Cécile. « J’avais un questionnement. Je me demandais si les gens allaient venir pour célébrer une dernière fois, ou l’éviter par déception de la fermeture. Parce que pour plusieurs, c’est un lieu évocateur. Ils ont été baptisés, mariés. On a vu le sentiment d’appartenance de plusieurs », explique-t-il.

Lui et Monseigneur Noël Simard ont évoqué beaucoup de symbolisme au cours de l’ultime célébration. « Quand nous avons éteint la lampe sanctuaire, ou rangé des éléments du culte, on a senti l’émotion. Mais ça a été vécu dans une certaine sérénité. Il y a eu de la compréhension des paroissiens, malgré leur tristesse », raconte Normand Bergeron. L’église avait célébré 90 ans d’histoire en 2017.

Sacré-Cœur
Les célébrants ont accueilli plus de 350 paroissiens pour une dernière fois dans l’enceinte de l’église Sacré-Cœur. (Photo Journal Saint-François – Pierre Langevin)

Poursuivre à la cathédrale

L’évêque Noël Simard a insisté sur trois mots pendant la messe. « Il a parlé de tristesse, de reconnaissance, mais aussi d’espérance. J’ai ajouté mon mot en disant qu’il fallait vivre dans la foi. Et les gens vont continuer à vivre leur histoire. Comme la Garde Champlain qui continuera à vivre. Plusieurs membres de la chorale ont indiqué vouloir rejoindre celle de la cathédrale. Ils fusionneront. J’invite d’ailleurs les gens à venir faire un geste d’accueil à la cathédrale », a conclu Normand Bergeron rappelant que finalement, il s’agissait d’un beau moment.

Sacré-Cœur
De nombreux membres du clergé, des paroissiens, des Gardes, ont accepté de vivre une dernière célébration dans l’église campivallensienne.
(Photo Journal Saint-François – Pierre Langevin)

Rappelons que l’église Sacré-Cœur a dû fermer ses portes parce que les dettes accumulées au fil des ans étaient trop importantes. L’argent manque pour maintenir les activités. Les nombreux organismes qui trouvaient un local au sous-sol de l’église, inaugurée en 1927, ont dû déménager dans de nouvelles installations. Plusieurs, comme les membres de La Garde Champlain ont trouvé un endroit à la cathédrale.

Sacré-Cœur
Le marguillier François Gingras quittait en dernier, et dans un geste symbolique, il a barré une toute dernière fois la porte d’entrée de l’église. (Photo Journal Saint-François – Pierre Langevin)
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des