Beauharnois-Salaberry veut qu’on tombe en amour avec la région

Par Éric Tremblay
Beauharnois-Salaberry veut qu’on tombe en amour avec la région
Beauharnois-Salaberry souhaite que l'on tombe en amour avec elle cet été. (Photo : (Photo Journal Saint-François - Pierre Langevin))

C’est à la Halte des villages de Saint-Louis-de-Gonzague que la MRC de Beauharnois-Salaberry a fait le lancement de sa saison touristique. Un événement sous le signe de l’amour alors que la région a présenté cinq escales pour séduire les visiteurs.

«On croit en notre région et on la trouve belle, a lancé Maude Laberge, préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry. On veut donner notre amour et nos coups de cœur. »

On propose quatre types d’escale cet été; nautique, récréative et loisir, culturelle, événementielle et gustative.

Chantal Dostie, coordonnatrice à la promotion régionale, mentionne que la région regorge de richesses à découvrir. «Il faut voir le beau dans nos paysages, nos gens et nos entreprises», a-t-elle soutenu.

La Marine marchande, qui se spécialise en mixologie, faisait déguster ses produits au lancement de la saison touristique.

Les entreprises jouent un rôle d’attraction important. Des commerces agrotouristiques, notamment l’avènement d’une micro-distillerie et la mise en place de micro-brasseries, où le développement de PME nautiques suscitent l’intérêt des visiteurs. Le Centre local de développement de Beauharnois-Salaberry a servi de levier pour la plupart de ces entreprises. «Si on veut croître, il faut reconnaître l’importance de l’achat local, a convenu Bruno Tremblay, maire de Beauharnois et président du CLD local. Je n’ai rien contre le Dix30, mais il ne commandite rien de local. »

Du côté de Valleyfield, on se positionne comme centre-ville sur le lac Saint-François. L’Hôtel Plaza a enregistré 22 000 nuitées l’an dernier, sans compter la multitude d’offres d’hébergement à proximité de l’eau.

«On démontre qu’on est une belle destination qui mérite d’être exploitée à son plein potentiel», a indiqué Maude Leduc, conseillère au développement économique de Valleyfield.

La richesse des plans d’eau explique que Récré-marine a triplé son inventaire de motomarines et qu’Aquap

Une borne de réparation de vélos a été ajoutée à la Halte des villages.

iknik se dotera de nouveaux pédalos électriques.

Le cyclisme s’est aussi grandement développé au fil des années. En 2018, on a compté 120 000 usagers sur son réseau qui compte 140 km de piste, auxquels on en ajoutent 72 dans le Parc régional avec ses 16 haltes d’interprétation.

Le lancement qui s’effectuait à Saint-Louis-de-Gonzague a aussi fait état des nombreux festivals ou musées que l’on retrouve sur le territoire.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des