Article de fumeur ou trouble électrique?

Par Denis Bourbonnais
Article de fumeur ou trouble électrique?
Bien que l’incendie semble accidentel, les pompiers de Rivière-Beaudette n’ont pu établir la cause de façon précise et l’enquête a été transférée à la Sûreté du Québec. (Photo : (Photo: Gaétan Prégent))

INCENDIE.  La cause de l’incendie qui a lourdement endommagé une maison centenaire de la rue Principale à Rivière-Beaudette, le mercredi 22 mai, reste toujours indéterminée et l’enquête a été transférée à la Sûreté du Québec.

«Tout indique que c’est accidentel mais nous avons été incapables d’identifier l’origine du feu. Ça pourrait être un trouble électrique ou un article de fumeur», a indiqué au «Journal Saint-François» le directeur du Service de sécurité-incendie de Rivière-Beaudette, Michel Bélanger. «Quand c’est impossible pour nous de trouver la source, on fait appel aux enquêteurs de la SQ», explique-t-il.

Les flammes ont pris naissance à l’extérieur de la résidence construite en 1878 avant de se propager à un mur et à l’entretoit, mercredi après-midi vers 15 h. L’embrasement était assez avancé quand les pompiers de Rivière-Beaudette sont arrivés sur les lieux et leur intervention a permis d’éviter que la maison située à la hauteur de la rue Sauvé sur la route 325 devienne une perte totale.

Une cinquantaine de sapeurs ont combattu l’élément destructeur et le brasier a été maîtrisé vers 16h30. Les pompiers de Rivière-Beaudette ont pu avoir en appui leurs confrères des municipalités de Saint-Polycarpe, Saint-Télesphore, Coteau-du-Lac, Sainte-Marthe et de la Régie intermunicipale du Lac Saint-François.

«Contrairement à des informations qui ont circulé sur les réseaux sociaux, le feu n’a pas été allumé par un Bar-B-Q», affirme le directeur Michel Bélanger. L’occupant de la résidence, un locataire, a été alerté par un voisin quand le feu s’est déclaré à l’extérieur. Il était accompagné de son fils quand les flammes ont surgi.

Le propriétaire, qui habite à proximité de la maison, a signifié son intention de procéder à la reconstruction de la partie endommagée même si les pertes s’élèvent à quelques dizaines de milliers de dollars.

La voiture du locataire a également été endommagée et une partie du coffre-arrière a fondu sous l’effet de la chaleur intense.

Une partie du coffre-arrière de la voiture du locataire de la maison a fondu en raison de la chaleur intense. (Photo: Gaétan Prégent)
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des