Allumée et joviale à l’âge de 103 ans

Par Denis Bourbonnais
Allumée et joviale à l’âge de 103 ans
Juliette Ouellette a été accueillie par une cinquantaine d’amis et connaissances à son arrivée au restaurant «La Casa Grecque» lors de la fête soulignant son 103e anniversaire. (Photo : (Photo: Journal Saint-François – Pierre Langevin) )

CENTENAIRE.  Non seulement Juliette Ouellette fête ses 103e ans, elle incarne le bonheur par sa jovialité, sa présence d’esprit et sa joie de vivre.

Le «Journal Saint-François» a eu le privilège de rencontrer cette dame, un véritable phénomène de la nature, lors d’une fête organisée mardi au restaurant «La Casa Grecque». Une cinquantaine d’amis et connaissances, dont plusieurs font partie de l’Association Marie-Reine de Soulanges, sont venus célébrer l’anniversaire de l’ex-résidente de Rivière-Beaudette qui demeure maintenant au Château Romanoffe à Salaberry-de-Valleyfield.

Parfaitement lucide, Juliette Ouellette garde son sens de l’humour et une blague n’attendait pas l’autre lors de notre conversation avec le centenaire. «Quand les gens me demandent si j’ai mal, je leur répond que l’ai mal partout sauf à la langue», de lancer Mme Ouellette.

Questionnée à propos du secret de sa longévité, Juliette mentionne l’amour des gens qui la côtoient, un petit verre de «Brandy» à l’occasion, la chance qu’elle a eue dans sa vie et la grâce du Bon Dieu. «Je n’ai pas eu de maladie à part le rhume», de rigoler la dame native de Rivière-du-Loup qui a vu le jour en 1916 durant la Première Grande Guerre Mondiale.

Le sourire perpétuel de la centenaire rayonne sur son entourage. (Photo: Pierre Langevin(

Son sourire contagieux rayonnait dans la pièce réservée au restaurant alors que Mme Ouellette a remercié chaleureusement les personnes qui venaient la saluer une à la fois. Assise dans son fauteuil roulant, la dame a perdu une large part de sa mobilité mais dans sa tête, tout se passe comme sur des roulettes. Monique Lalonde, son aidante naturelle, a signifié que Mme Ouellette a élu résidence au Château Romanoffe il y a environ 6 semaines après avoir fait quelques chutes à la Résidence Salaberry.

Même si Juliette a emménagé dans un nouveau domicile, son engouement pour les cartes n’a pas diminué. Adepte des jeux «Frustration» et «2500», Mme Ouellette est compétitive. «Elle gagne toujours», de dire une de ses partenaires de jeu. «Il semblerait qu’elle triche parfois», d’ajouter en riant une autre joueuse de cartes.

L’ex-résidente de Rivière-Beaudette, domiciliée maintenant au Château Romanoffe, est entourée du responsable de la pastorale régionale dans Soulanges, Yves Guilbeault, et de la mairesse de la municipalité Les Coteaux, Denise Dostie. (Photo: Pierre Langevin)

Juliette Ouellette n’a pas eu d’enfant mais elle a été la mère adoptive des 4 rejetons de son 2e mari, Edgar Leblanc, qui est décédé en 2000. Mardi, la centenaire était entourée d’un groupe d’amis qui incluait l’abbé Gilles Meury, aumônier de «La Vie Montante», Yves Guilbeault, responsable de l’animation pastorale dans Soulanges et Denise Dostie, mairesse de la municipalité Les Coteaux.

Le représentant du «Journal Saint-François» a promis à la vaillante dame d’être au rendez-vous quand elle fêtera son 104e anniversaire.

Mme Ouellette aime jouer aux cartes, d’autant plus qu’elle gagne souvent aux jeux «2500» et «Frustration». (Photo: Pierre Langevin)
L’abbé Gilles Meury, aumônier de «La Vie Montante», est venu saluer Juliette Ouellette. (Photo: Pierre Langevin)
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des