Sports

Une nouvelle classe pour combler un espace libre

mardi le 14 décembre 2021
Modifié à 16 h 27 min le 14 décembre 2021
Par Eric Tremblay

etremblay@gravitemedia.com

(Photo Journal Saint-François - Archives Dennis Morin)

Pour Didier Séguin, commissaire à la Ligue de régates d’hydroplanes, l’avènement d’une nouvelle classe est une aussi grosse nouvelle que le retour des Grand Prix en 2007.

«La marche est trop haute entre l’Hydro 350 et le Grand Prix, confie-t-il. Que ce soit en ressources financières et humaines. Tant pour les promoteurs que les coureurs. »

Il cite en exemple Saint-Félicien qui n’a plus les moyens financiers pour attirer les embarcations Grand Prix. Brockville est dans la même situation. La nouvelle classe, comparable à ce qu’on a connu avec le Grand national hydro ou le Unlimited light, pourrait toutefois combler les amateurs de gros cylindrés à ces sites de courses.

Depuis six mois, un groupe ébauche ce qui sera la sixième classe d’embarcations de la HRL. Il est toujours en recherche et développement pour déterminer ce qui sera un bateau aux dimensions importantes, mais plus léger qu’un Grand Prix. À l’œil, M. Séguin parle de bateau semblable au Alamo ou au Compuware qui ont déjà fait des vagues à Valleyfield notamment.

Hydroplane Valleyfield aimerait aller en soumissions cet hiver. Pour trois ou quatre embarcations, soit des constructions neuves ou par l’acquisition de bateaux existants. L’objectif est d’avoir un modèle prêt l’an prochain pour procéder aux premiers essais.

«Au départ, les bateaux seront la propriété d’Hydroplane Valleyfield et on est d’avis que des indépendants se joindront, note Didier Séguin. On pense que ça aura le même effet qu’au retour des Grand Prix. »

La HRL développe son projet en analysant le rapport entre les chevaux-vapeurs et le poids des embarcations. Les rations des classes inboards se situent à 0,17 pour les 2,5 litres et Formule 2500, 0,24 pour les Hydro 350 et 0,4 pour les Grand Prix. On aimerait que la nouvelle classe présente un ratio entre 0,32 et 0,33. 

D’ici trois ans, on aimerait que la nouvelle classe présente entre six et huit embarcations. À moyen terme, augmenter la flotte vers 10 embarcations pour présenter deux vagues de qualification.