Martin Gendron vit une seconde carrière dans le hockey

Embauché comme recruteur par le Wild du Minnesota

Denis Bourbonnais denis.bourbonnais@tc.tc Publié le 18 novembre 2015

Martin Gendron, qui avait été repêché par les Capitals de Washington en 1992, fait un retour dans le domaine du hockey en tant que recruteur avec le Wild du Minnesota.

©(Photo d'archives - Le Journal)

Martin Gendron ne demandait pas mieux que de retourner dans le giron du hockey professionnel et le Wild du Minnesota lui a fourni cette opportunité.

Ce nouveau travail m'amène à voir environ 25 matchs de hockey junior par mois. Je dois fournir une liste de joueurs à la mi-janvier et un bilan final en mai.

Martin Gendron, recruteur du Wild

Depuis le 1er juillet dernier, le Campivallensien d'origine vit une deuxième carrière en tant que recruteur au sein de l'organisation de la Ligue Nationale. Devenu chercheur de talents dans l'Est du Canada, il parcourt les arénas des équipes juniors pour faire l'inventaire des meilleurs prospects disponibles en prévision du prochain repêchage de la LNH.

Jadis un prolifique marqueur dans les rangs juniors et professionnels, Martin Gendron a gagné sa vie comme agent immobilier après avoir accroché ses patins en 2008. L'ex-porte-couleurs des Capitals de Washington et des Black Hawks de Chicago a gardé contact avec un ancien coéquipier, Andrew Brunette, avec qui il a empli les buts à profusion dans l'uniforme des Pirates de Portland de la Ligue Américaine. En février 2014, Gendron a rencontré le grand patron du Wild, Chuck Fletcher, et une quinzaine de mois plus tard il avait un contrat de deux ans en poche.

Son ami Andrew Brunette, qui a occupé le poste de directeur du développement des joueurs avant de devenir entraîneur-adjoint à Mike Yeo derrière le banc, l'a informé que le Wild voulait trouver un successeur à Guy Lapointe en tant que dépisteur. Le printemps dernier, Gendron a reçu l'appel tant attendu: «Si tu veux la "job" de recruteur à temps plein, elle t'appartient», a prononcé le directeur général adjoint du Wild, Brent Flahr.

Oeuvrant sous les conseils de Guy Lapointe, Martin a comme mandat de repérer les meilleurs joueurs nés en 1997 et 1998 ainsi que les hockeyeurs de 19 et 20 ans qui n'ont pas été réclamés par une équipe du circuit Bettman. «Guy Lapointe m'a montré plusieurs aspects du travail de recruteur et je lui parle chaque semaine. Il s'approche de la retraite et je devrais éventuellement prendre sa place», décrit l'ex-attaquant âgé aujourd'hui de 41 ans.

Rejoint au téléphone par «Le Saint-François», mercredi, Martin Gendron était sur le chemin du retour de Rouyn-Noranda où il a épié les juniors élites québécois et russes lors d'un match de la série annuelle «Canada-Russie». D'abord assigné principalement au territoire du Québec, il a eu à se déplacer récemment en Ontario et à Plymouth au Michigan. En janvier, il prendra l'avion à destination de Vancouver et l'Europe pourrait figurer à son agenda plus tôt que tard.

Ayant parfois à quitter la maison 4 à 5 jours de suite, le nouvel employé du Wild a dû abandonner ses activités professionnelles dans le domaine de l'immobilier. «Je suis souvent parti et c'est impossible de faire les deux. L'autre côté négatif, c'est que je n'ai pas pu assister à beaucoup de matchs de mon garçon», souligne-t-il à propos de son fils Alexis, un rapide attaquant des Grenadiers du Lac Saint-Louis pee-wee AAA. «Heureusement, mon épouse Michèle est une excellente "hockey mom" et j'en suis reconnaissant».

Chose certaine, le double titulaire mondial junior et ex-champion de la Ligue Américaine ne cache pas sa grande satisfaction de revenir dans son élément. «Je suis super content. C'est plus qu'emballant de retourner dans le monde du hockey. Ça vaut la peine au plan financier (il est payé en argent US) et j'ai maintenant un pied dans la porte. Qui sait où cette 2e carrière au hockey va m'amener», de clore Martin Gendron.

Agent immobilier depuis qu'il a accroché ses patins en 2008, Martin Gendron a décidé d'embrasser une 2e carrière dans le sport où il a excellé.

©(Photo: Gracieuseté)

L'historique de Martin Gendron    
1993-1994: champion mondial junior (2 fois)  
403: points en 224 matchs dans la Ligue Junior Majeur du Québec (217 buts, 186 passes)  
272: points en 283 parties dans la Ligue Américaine (138-134)  
269: points en 182 rencontres dans la LNB de Suisse (144-120 )avec Olten, Ajoie et Coire  
30 : matchs joués dans la Ligue Nationale avec Washington et Chicago (4 buts, 2 passes)  
1998: échangé au Canadien de Montréal par Chicago en retour de David Ling  
2008: champion dans la Ligue Nord-Américaine avec le Caron et Guay de Trois-Rivières  
2011: intronisé au Temple de la renommée des Pirates de Portland de la Ligue Américaine  

En manchette

Mesdames et messieurs…

Gentlemen, start your engine ou en français, messieurs, démarrez vos engins… Cette expression bien connue dans le monde des sports motorisés ne tient plus la route, ni les plans d'eau.

Martin Gendron vit une seconde carrière dans le hockey

Embauché comme recruteur par le Wild du Minnesota

Denis Bourbonnais denis.bourbonnais@tc.tc Publié le 18 novembre 2015

Martin Gendron, qui avait été repêché par les Capitals de Washington en 1992, fait un retour dans le domaine du hockey en tant que recruteur avec le Wild du Minnesota.

©(Photo d'archives - Le Journal)


Martin Gendron ne demandait pas mieux que de retourner dans le giron du hockey professionnel et le Wild du Minnesota lui a fourni cette opportunité.

Ce nouveau travail m'amène à voir environ 25 matchs de hockey junior par mois. Je dois fournir une liste de joueurs à la mi-janvier et un bilan final en mai.

Martin Gendron, recruteur du Wild

Depuis le 1er juillet dernier, le Campivallensien d'origine vit une deuxième carrière en tant que recruteur au sein de l'organisation de la Ligue Nationale. Devenu chercheur de talents dans l'Est du Canada, il parcourt les arénas des équipes juniors pour faire l'inventaire des meilleurs prospects disponibles en prévision du prochain repêchage de la LNH.

Jadis un prolifique marqueur dans les rangs juniors et professionnels, Martin Gendron a gagné sa vie comme agent immobilier après avoir accroché ses patins en 2008. L'ex-porte-couleurs des Capitals de Washington et des Black Hawks de Chicago a gardé contact avec un ancien coéquipier, Andrew Brunette, avec qui il a empli les buts à profusion dans l'uniforme des Pirates de Portland de la Ligue Américaine. En février 2014, Gendron a rencontré le grand patron du Wild, Chuck Fletcher, et une quinzaine de mois plus tard il avait un contrat de deux ans en poche.

Son ami Andrew Brunette, qui a occupé le poste de directeur du développement des joueurs avant de devenir entraîneur-adjoint à Mike Yeo derrière le banc, l'a informé que le Wild voulait trouver un successeur à Guy Lapointe en tant que dépisteur. Le printemps dernier, Gendron a reçu l'appel tant attendu: «Si tu veux la "job" de recruteur à temps plein, elle t'appartient», a prononcé le directeur général adjoint du Wild, Brent Flahr.

Oeuvrant sous les conseils de Guy Lapointe, Martin a comme mandat de repérer les meilleurs joueurs nés en 1997 et 1998 ainsi que les hockeyeurs de 19 et 20 ans qui n'ont pas été réclamés par une équipe du circuit Bettman. «Guy Lapointe m'a montré plusieurs aspects du travail de recruteur et je lui parle chaque semaine. Il s'approche de la retraite et je devrais éventuellement prendre sa place», décrit l'ex-attaquant âgé aujourd'hui de 41 ans.

Rejoint au téléphone par «Le Saint-François», mercredi, Martin Gendron était sur le chemin du retour de Rouyn-Noranda où il a épié les juniors élites québécois et russes lors d'un match de la série annuelle «Canada-Russie». D'abord assigné principalement au territoire du Québec, il a eu à se déplacer récemment en Ontario et à Plymouth au Michigan. En janvier, il prendra l'avion à destination de Vancouver et l'Europe pourrait figurer à son agenda plus tôt que tard.

Ayant parfois à quitter la maison 4 à 5 jours de suite, le nouvel employé du Wild a dû abandonner ses activités professionnelles dans le domaine de l'immobilier. «Je suis souvent parti et c'est impossible de faire les deux. L'autre côté négatif, c'est que je n'ai pas pu assister à beaucoup de matchs de mon garçon», souligne-t-il à propos de son fils Alexis, un rapide attaquant des Grenadiers du Lac Saint-Louis pee-wee AAA. «Heureusement, mon épouse Michèle est une excellente "hockey mom" et j'en suis reconnaissant».

Chose certaine, le double titulaire mondial junior et ex-champion de la Ligue Américaine ne cache pas sa grande satisfaction de revenir dans son élément. «Je suis super content. C'est plus qu'emballant de retourner dans le monde du hockey. Ça vaut la peine au plan financier (il est payé en argent US) et j'ai maintenant un pied dans la porte. Qui sait où cette 2e carrière au hockey va m'amener», de clore Martin Gendron.

Agent immobilier depuis qu'il a accroché ses patins en 2008, Martin Gendron a décidé d'embrasser une 2e carrière dans le sport où il a excellé.

©(Photo: Gracieuseté)

L'historique de Martin Gendron    
1993-1994: champion mondial junior (2 fois)  
403: points en 224 matchs dans la Ligue Junior Majeur du Québec (217 buts, 186 passes)  
272: points en 283 parties dans la Ligue Américaine (138-134)  
269: points en 182 rencontres dans la LNB de Suisse (144-120 )avec Olten, Ajoie et Coire  
30 : matchs joués dans la Ligue Nationale avec Washington et Chicago (4 buts, 2 passes)  
1998: échangé au Canadien de Montréal par Chicago en retour de David Ling  
2008: champion dans la Ligue Nord-Américaine avec le Caron et Guay de Trois-Rivières  
2011: intronisé au Temple de la renommée des Pirates de Portland de la Ligue Américaine