Sections

Doublement parfait aux petites quilles

Tommy Brisebois, 10 ans, réussit une 2e partie de 300


Publié le 24 avril 2017

Tommy Brisebois, âgé de 10 ans, a réussi une seconde partie parfaite en 12 mois sur les allées du Salon de quilles Valleyfield.

©(Photo: TC Média - Pierre Langevin)

La vaste majorité des quilleurs passeront leur vie à lancer leur boule dans l'espoir de réussir une partie parfaite. Tommy Brisebois, un jeune Campivallensien doté d'un talent rare aux petites quilles, vient de réaliser l'exploit une seconde fois à l'âge de 10 ans.

Nouveau lancer, même résultat pour le jeune prodige Tommy Brisebois: une marque de 300 avec une boule renversée.
(Photo: TC Média - Pierre Langevin)

Seul garçon à évoluer dans une ligue d'adulte le dimanche soir au Salon de quilles Valleyfield, le prodige a atteint la perfection en alignant 12 abats consécutifs sur les allées 1 et 2.

Tommy est venu sauter dans mes bras et il n'a pu s'empêcher de pleurer. C'était très émotif.

Mélanie Pigeon, mère de Tommy Brisebois

Cette performance survient une année après la première joute de 300 (points) que Tommy a roulée, en avril 2016. Le phénomène, âgé alors de 9 ans, était alors devenu le plus jeune quilleur à accomplir le rêve de tout adepte du bowling.

«Tommy est venu sauter dans mes bras et il n'a pu s'empêcher de pleurer. C'était très émotif», raconte sa mère, Mélanie Pigeon, qui avait été témoin également de son premier coup d'éclat. Détenteur d'une ronflante moyenne de 203 dans la même ligue, «Les Oiseaux de nuit», Tommy a ajouté des marques de 229 et 199 pour compléter sa soirée avec un triple de 728.

Contrairement à la première occasion, c'est avec une boule renversée que Tommy a exécuté sa partie parfaite. «L'an dernier, à 9 ans, il n'avait pas la main suffisamment grande. Tommy a pu changer son style sans difficulté et délaisser le lancer avec la main ouverte sous la boule», relate son père, Yves Brisebois, qui jouait sur une autre paire d'allées quand son fils a encore réalisé l'improbable.

«Ce fut un moment très spécial pour Tommy et la famille. Il est resté concentré jusqu'à la fin de la partie. Une vraie machine à faire des abats», affirme le paternel.

Quant au principal concerné, un élève de 5e année à l'école Saint-Joseph Artisan, il a reconnu avoir ressenti un peu de stress vers la fin de sa 2e joute parfaite en autant d'années. Lorsque la dernière quille est tombée, Tommy Brisebois a été saisi par les émotions.