Une quinzaine de navires toujours en attente dans la Voie maritime

Une quinzaine de navires toujours en attente dans la Voie maritime

Samedi après-midi, il y avait toujours 16 navires immobilisés dans la Voie maritime du Saint-Laurent en amont des écluses de Saint-Lambert, notamment à la hauteur de Rivière-Beaudette.

Crédit photo : (Photo: Journal Saint-François - Pierre Langevin)

TRANSPORT MARITIME. Malgré les difficultés causées par le froid sibérien qui sévit au Québec, la Voie maritime du Saint-Laurent maintient le cap sur la journée du 2 janvier pour assurer le passage des navires en cette fin de saison navigable pour l’année 2017.

Samedi après-midi, deux brise-glace de la Garde côtière canadienne étaient en service sur les eaux du lac Saint-Louis et du lac Saint-François pour faciliter la circulation des 16 cargos toujours prisonniers des glaces en amont des écluses de Saint-Lambert.

«La situation reste difficile à cause des glaces mais on vise quand même le 2 janvier (pour la fermeture)», espère le gestionnaire des opérations à la Voie maritime, Jack Meloche, qui a appris au «Journal Saint-François» le report de 48 heures de la date butoir, vendredi.

A la suite de report de 48 heures de la fermeture de la voie navigable, l’échéance du 2 janvier 2018 est maintenue.

De toute évidence, la prise des glaces constitue la principale raison de ce retard, notamment aux écluses de Beauharnois. «Il faut dégeler constamment nos équipements et l’effet d’englacement aux écluses compliquent la tâche de nos employés. Le froid ralentit les opérations», ajoute M. Meloche.

Quant aux brise-glace à l’œuvre dans la Voie maritime, leur capitaine doit tenir le chenal libre des glaces et travaille autour des navires afin de leur tracer un chemin.

Selon des informations fournies au «Journal» par un retraité de la Voie maritime, le bateau «Three Rivers» serait resté aux écluses de Beauharnois pendant 60 heures. Par ailleurs, les statistiques compilées par la station météorologique de Dorval confirment que la présente vague de froid est la plus importante depuis plus de 20 ans, compte tenu du nombre de jours de gel enregistré depuis le 1er novembre.