Sections

Le vrai du faux


Publié le 4 avril 2017

Les fausses nouvelles se multiplient rapidement sur les médias sociaux.

©(Photo TC Média - Archives)

Y avez-vous cru à notre histoire d’Américains voulant sonder les extraterrestres à Trout River ?

Le texte a été publié en ligne le 1er avril, ce qui incitait à une lecture vigilante. Mais il a suscité un grand intérêt sur les médias sociaux. Et, assis à mon bureau, impossible pour moi si vous avez perçu le tout comme une blague ou si vous avez pensé le tout véridique.

Les sites de fausses nouvelles se multiplient à une vitesse catastrophique. Les Facebook, Twitter et autres ont ouvert les communications à de nouveaux échelons. Autant vers le haut que vers le bas.

Plusieurs croient que : «parce que c’est publié sur les Internets, c’est vrai». Que nenni. Des sites comme le Journal de Mourréal la joue tellement gros qu’il faut être bien crédule pour mordre à l’hameçon. Juste ce matin sur mon Facebook, j’ai vu au moins cinq nouvelles fausses. Mais qui touchent des sujets chauds si bien qu’elles se répandent rapidement. Comme des vérités acceptées. Mais des faussetés quand même.

La journaliste Marie-Ève Tremblay de Radio-Canada citait un sondage CROP qui démontrait que pour 2 Québécois sur 5, la véracité d’une nouvelle était moins importante que le fait de faire vibrer une corde sensible.

Religion, politique et économie. Pour plusieurs des sujets tabous pour d’autres des débats sempiternels. Tout le monde à une opinion. On peut voir la vérité, son contraire et une autre version de l’histoire sur l’un ou l’autre de ces sujets en 5 minutes sur Internet.

Les paroles s’envolent et les écrits restent. Ce qui est diffusé, surtout sur un site comme le nôtre, appartenant à TC Média, possède des droits et des devoirs. Ceux d’informer, de contribuer aux débats publics, de critiquer à la limite.

Il faut être donc vigilant dans l’exercice de nos fonctions. Nous sommes des espèces de Thomas de l’actualité. Pour croire, il faut voir. J’ajouterais, entendre, sentir, toucher et à la limite goûter.

On peut discourir longtemps sur le rôle de l’information. Certains y voient le quatrième pouvoir. Possible. Ce qu’il y a de sûr, c’est qu’il en joue un primordial.

N’empêche, s’informer est un nécessité afin d’évoluer dans le monde dans lequel on vit. Soyez-le donc de la bonne manière. Évitez les pièges des fake news et allez vers des sites crédibles qui ont fait leurs preuves.