Jean-François Émard et des complices restent détenus

Jean-François Émard et des complices restent détenus

Jean-François Émard

Plusieurs accusations ont été déposées à l’endroit de Jean-François Émard le jeudi 29 juin au palais de justice de Valleyfield à la suite d’une opération policière survenue le matin même.

Lors de son arrestation qui s’est déroulée dans un logement de la rue Ellice à Salaberry-de-Valleyfield, Jean-François Émard était en possession d’une arme à feu de calibre 9 mm chargée, d’une petite quantité de cocaïne, de 278 comprimés de méthamphétamine et de 1600 $. Une liste de comptes client a aussi été retrouvée par les policiers.

«L’accusé fait face à des accusations de trafic de stupéfiants, possession de stupéfiants, possession d’une arme de poing à autorisation restreinte chargée, possession d’une somme d’argent provenant de la criminalité et à des bris d’engagement, informe le procureur adjoint pour le Directeur des poursuites criminelles et pénales, Pierre-Olivier Gagnon. Une accusation d’action indécente sera également portée.»

Les policiers de la Sûreté du Québec du poste de la MRC Beauharnois-Salaberry ont ainsi procédé au démantèlement de trois points de vente qui servaient à la distribution de différentes drogues, telles que la cocaïne, la méthamphétamine et le cannabis.

La couronne s’est opposée à la remise en liberté de Jean-François Émard ainsi que deux de ses complices. Deux femmes restent aussi détenues, soit Jessica Chercuite Dallaire et Roxanne Gagnon.

Les trois accusés reviendront devant le tribunal la semaine prochaine pour leur enquête sur remise en liberté. Le sort des autres individus arrêtés est toutefois inconnu au moment de publier l’article. On parle de Chantal Émard, Mélissa Blanchette et Jean-François Paquin.