Sections

Un premier condamné en lien avec le projet «Retour»


Publié le 15 mai 2017

Yoan Deschesne prend le chemin du pénitencier pour les 30 prochains mois.

©TC Média archives

Arrêté dans le cadre des frappes policières du projet «Retour» le 23 décembre 2016, Yoan Deschesne vient d’être condamné à 37,3 mois de pénitencier le lundi 15 mai au palais de justice de Valleyfield.

Les accusations déposées contre l’homme de 37 ans étaient sérieuses. D’ailleurs, il n’a pas exigé de procès. Yoan Deschesne a reconnu sa culpabilité à des accusations de possession d’arme à feu chargée, possession de cocaïne dans le but d’en faire le trafic, possession de cannabis dans le but d’en faire le trafic, possession de haschich dans le but d’en faire le trafic, possession d’une somme d’argent provenant de la criminalité et d’avoir mal entreposés 13 armes à feu.

La juge Julie-Maude Greffe a accepté la suggestion commune des juristes dans le dossier, Me Martin Pilotte en défense et Me Pierre-Olivier Gagnon pour le Directeur des poursuites criminelles et pénales qui était de 37,3 mois de détention, moins le temps préventif. «Comme vous reconnaissez les faits et qu’aucune pression ou promesse ne vous a été faite en échange d’un plaidoyer de culpabilité, je vais accepter la proposition qui m’est faite, a indiqué la juge Greffe à l’endroit de Yoan Deschesne. La sentence restante est donc de 30 mois de détention.

Malgré l’importance de la comparution, Yoan Deschesne est resté souriant et il échangeait des regards avec des gens dans la salle de cour. Immédiatement après avoir pris le chemin du quartier cellulaire, les accusations envers sa conjointe ont été retirées par la couronne. 

Pour ce qui est des quatre autres accusés dans le projet «Retour», ils reviendront à la cour le jeudi 8 juin pour la suite des procédures.