Des mesures de sécurité exceptionnelles aux douanes

Deux évadés en cavale à une heure de route de Valleyfield

Eric Tremblay eric.tremblay.a@tc.tc
Publié le 8 juin 2015

Richard Matt s’est évadé de la prison de Dannemora samedi.

©(Photo New York State police)

Des mesures de sécurité impressionnantes ont été déployées aux postes frontaliers depuis l’évasion spectaculaire des meurtriers David Sweat et Richard Matt survenue samedi à la prison de Dannemora dans l'État de New York.

«Chaque véhicule est inspecté et chaque coffre est ouvert. Les policiers étaient prêts à dégainer», indique Janick Tétreault-Moïse, une résidente de Rockburn.

Ce week-end, elle a eu à traverser la frontière américaine. La prison de Dannemora est en ligne directe avec la Covey Hill. La patrouille frontalière était bien visible et du côté de Chateauguay New York, chaque véhicule était inspecté à deux reprises.

Ce n’est qu’en soirée qu’on a expliqué aux automobilistes la raison de ces vérifications. «Les agents nous ont présenté la photo des deux évadés en nous conseillant de ne pas entrer en contact avec eux. »

Elle dit avoir vu de la police partout. Une opération impressionnante qui avait de quoi rassurer le secteur. «On se sentait en sécurité. C’était très bien organisé», dit Mme Tétreault-Moïse. Elle ne voyait pas pourquoi elle s’empêcherait de retourner aux États-Unis dans les prochains jours.

Des agents sur le qui-vive

Depuis que David Sweat et Richard Matt ont pris le large de la prison à sécurité maximale située à 32 kilomètres de la frontière canado-américaine, tous les services de sécurité sont aux aguets.

«On est en assistance et au courant des développements aux États-Unis. Les postes de Venise-en-Québec et Valleyfield ont été les premiers mis au courant», assure Camille Habel porte-parole de la Gendarmerie Royale du Canada.

Cette dernière joue un important rôle de liaison avec l’Agence des services frontaliers canadiens, la Sûreté du Québec et les ressources américaines. «Tant à Venise-en-Québec qu’à Valleyfield, les agents sont plus vigilants et gardent l’œil ouvert. On n’a pas plus de policiers sur le terrain, mais c’est toujours une possibilité. On est prêt à en déployer si le besoin est là», a expliqué Mme Habel.

David Sweat purgeait une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle tandis que Richard Matt avait reçu une sentence de 25 ans. L’évasion ingénieuse a été comparée à celle du film Shawshank Redemption, sept fois nommé aux Oscars.

Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a offert 100 000 $ en échange d’informations pertinentes qui mèneraient à la capture des individus.

David Sweat est toujours au large, près de trois jours après son évasion spectaculaire.

©(Photo New York State Police)