L’alcool pourrait être la cause d’un accident sur la 530

Le conducteur arrêté

Publié le 26 juin 2015

Le VUS et la roulotte ont versé sous la force de l’impact.

©TC Media Facebook

Un homme dans la quarantaine pourrait être accusé de conduite avec les facultés affaiblies à la suite d’un accident de la route survenu le vendredi 26 juin au poste de péage de l’autoroute 530.

Il était approximativement minuit 30 lorsque, pour une raison inconnue, le conducteur d’un véhicule utilitaire sport auquel était attelée une roulotte a percuté un amortisseur situé à proximité des guérites. «Lors de l’impact, le véhicule ainsi que la roulotte ont versé sur le côté. Aucun autre véhicule n’est impliqué. Sur place, nos patrouilleurs ont procédé à l’arrestation du conducteur pour conduite avec les facultés affaiblies, avant qu’il ne soit conduit au centre hospitalier par mesure préventive», informe Mélanie Dumaresq, de la Sûreté du Québec.  

Bien que les pompiers aient été demandés sur les lieux pour l’utilisation des pinces de désincarcération, celles-ci n’ont pas été utilisées. La circulation au poste de péage a été perturbée durant quelques heures.

L’alcool pourrait être la cause d’un accident sur la 530

Le conducteur arrêté

Publié le 26 juin 2015

Le VUS et la roulotte ont versé sous la force de l’impact.

©TC Media Facebook


Un homme dans la quarantaine pourrait être accusé de conduite avec les facultés affaiblies à la suite d’un accident de la route survenu le vendredi 26 juin au poste de péage de l’autoroute 530.

Il était approximativement minuit 30 lorsque, pour une raison inconnue, le conducteur d’un véhicule utilitaire sport auquel était attelée une roulotte a percuté un amortisseur situé à proximité des guérites. «Lors de l’impact, le véhicule ainsi que la roulotte ont versé sur le côté. Aucun autre véhicule n’est impliqué. Sur place, nos patrouilleurs ont procédé à l’arrestation du conducteur pour conduite avec les facultés affaiblies, avant qu’il ne soit conduit au centre hospitalier par mesure préventive», informe Mélanie Dumaresq, de la Sûreté du Québec.  

Bien que les pompiers aient été demandés sur les lieux pour l’utilisation des pinces de désincarcération, celles-ci n’ont pas été utilisées. La circulation au poste de péage a été perturbée durant quelques heures.