Le «recyclart» de Claude H. Vallée exposé dans 2 musées

«Archéologie du présent»

Mario Pitre mario.pitre@tc.tc
Publié le 20 mai 2016

Claude H. Vallée passe ses messages à travers ses œuvres, comme dans celle-ci intitulée «Burka».

©TC Média Pierre Langevin

Artiste autodidacte, Claude H. Vallée pousse sa créativité à un nouveau degré en proposant une centaine d'œuvres conçues à partir de matériaux recyclés. Son exposition «Archéologie du présent» étonnera les visiteurs durant tout l'été au Musée de société des Deux-Rives (MUSO) et au Musée d'archéologie Pointe-du-Buisson, de Beauharnois.

Dans les siècles à venir, un archéologue pourra trouver matière à interpréter la société à travers mes œuvres. Claude H. Vallée

Près d'une centaine de sculptures et conceptions hétéroclites composent cette exposition bicéphale. «L'idée première, c'était de créer une synergie entre ces deux musées, d'amener la clientèle de l'un vers l'autre et vice versa», explique l'artiste, dont on ne soupçonnerait jamais ses presque 72 ans.

Et puis, il y a tout l'aspect humain, que Vallée a pris plaisir à vivre en travaillant avec les deux directrices, Annabelle Laliberté et Caroline Nantel; un partage d'idées et de connaissances qu'il estime très important.

Dans ces deux musées, les créations présentées se distinguent. Au MUSO, elles démontrent un aspect contemporain, industriel et urbain, alors que celles exposées au Musée d'archéologie exploitent des thèmes davantage reliés à la nature, la psychologie, la mythologie. Ces deux tendances se reflètent particulièrement dans les matériaux utilisés, que ce soit à travers le métal et le plastique ou encore la pierre, la fourrure et les plumes.

Le Recyclart

La démarche retenue par Claude H. Vallée s'inscrit dans le courant du Recyclart, qui consiste à créer des œuvres d'art à partir de matériaux récupérés. Avec «Archéologie du présent», il présente ses œuvres comme des témoins de la société actuelle. «Notre société produit beaucoup de déchets et j'ai voulu leur donner une 2e vie. Dans les siècles à venir, un archéologue pourra trouver matière à interpréter la société à travers mes œuvres», dit-il à la blague.

Mais au-delà de l'œuvre, Vallée crée aussi pour passer un message. On le constate dans toutes ses pièces, comme dans Burka, par exemple, dans laquelle il a eu recours à des matériaux comme une grille de barbecue, un cadenas, ou une clé juxtaposée à un couteau.

C'est d'ailleurs ce souci de créativité qu'il souhaite communiquer à travers cette double exposition, «se donner la liberté de faire ce qui nous inspire, dans un élan de joie et de folie créatrice.»

Une créativité que lui-même a su exploiter, issue de son statut d'artiste autodidacte. «Ma plus belle lettre de noblesse est d'avoir été refusé à trois reprises dans des écoles de beaux-arts. Je me suis donc construit mon propre modèle, avec une approche artistique différente et originale.»

Court-métrage d'André Desrochers

Le vernissage de l'exposition tenue successivement sur les deux sites, jeudi dernier, a aussi donné lieu à la présentation d'un court-métrage du cinéaste André Desrochers intitulé Claude H. Vallée, le recyclart.

Cette production d'une trentaine de minutes fait une incursion dans le processus créatif de l'artiste. Des capsules vidéo de 2 minutes sont aussi accessibles sur les lieux de l'exposition.

 

Exposition «Archéologie du présent»

-Artiste: Claude H. Vallée

-Au MUSO de mai à septembre

-Au Musée d'archéologie Pointe-du-Buisson de main à octobre

-Au total, une centaine d'œuvres fabriquées à partir de matériaux recyclés

Claude H. Vallée

-Artiste autodidacte, peintre, conteur, poète, dessinateur

-Fondateur du groupe Les Coloristes

-Lauréat de la catégorie Parolier au Festival en chanson de Petite-Vallée (2002)

-Lauréat au Festival de poésie de Trois-Rivières

-Auteur du recueil de poésie et chansons «Par cœur» (2001)

-Fondateur du Prix Don Quichotte, avec Café Agora

-Fondateur-directeur de la Recyclerie Beauharnois-Salaberry

Une centaine de créations sont présentées au total, sur les deux sites d'exposition.

©TC Média Pierre Langevin