Sections

Une journée de sensibilisation face à la violence sexuelle faite aux femmes

Le vendredi 15 septembre


Publié le 8 septembre 2017

Karine Gagné du CLACS La Vigie, Chantal Fortier de l’Accueil pour Elle, Nubia Davila du Centre D’Main de Femmes et Marie-Claude Gareau de l’Accueil pour Elle ont fait part des activités entourant la Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes du vendredi 15 septembre.

©Journal Saint-François Mario Pitre

La Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes sera soulignée le vendredi 15 septembre à travers une vingtaine de librairies et bibliothèques municipales de la région.

«Notre message demeure le même depuis 2011, rappelle Karine Gagné, coordonnatrice du CALACS La Vigie. La violence sexuelle, ça concerne tout le monde, pas juste les victimes, car c’est un véritable problème de société et il appartient à chacun de nous de la dénoncer.»

La Vigie compte parmi les organismes régionaux impliqués dans cette journée de sensibilisation, avec le Centre D’Main de femmes, l’Accueil pour Elle, Résidence Elle du Haut Saint-Laurent et l’hébergement La Passerelle, de Vaudreuil-Soulanges.

Dans les différentes librairies et bibliothèques de la région impliquées dans cette journée de sensibilisation, 5000 signets bilingues seront distribués arborant deux statistiques fort révélatrices. D’une part, 86% des agressions sexuelles ont eu lieu dans une résidence privée et dans 90% des cas, l’agresseur était connu de la victime.

«On veut briser le mythe voulant que les agressions sexuelles sont commises par un inconnu au fond d’une ruelle sombre», affirme la coordonnatrice. À la Vigie, en 2016-17, ce sont 94% des victimes qui connaissaient leur agresseur.

Par ailleurs, les victimes ne sont pas nécessairement des jeunes femmes. «Ce sont avant tout des personnes vulnérables la plupart du temps, ce qui inclut souvent des personnes âgées ou handicapées. C’est une prise de pouvoir de l’agresseur», note Marie-Claude Gareau, de l’Accueil pour Elle.

Organisée depuis quelques dizaines d’années, cette Journée de sensibilisation contre la violence sexuelle faite aux femmes finit par atteindre son objectif, car de plus en plus de femmes trouvent le courage d’aller chercher de l’aide.

À La Vigie l’an dernier, 157 nouvelles demandes d’aide directes ont été enregistrées. Par contre, ce ne sont pas toutes les victimes (10%) qui entreprennent des démarches judiciaires contre leur agresseur.

«Se lancer dans le processus criminel demande beaucoup de préparation et de courage, mentionne Mme Gareau. Plusieurs y renoncent, que ce soit par honte ou en raison des impacts que cela entraîne au sein de leur famille.»

Les intervenantes rappellent néanmoins que toute relation sexuelle nécessite un consentement implicite des deux partenaires et chacun peut décider de dire non à n’importe quel moment, même si cela peut entraîner une réaction de frustration.

 

Bibliothèques et librairies participantes

-Librairies Boyer, Côté gauche, Ramtha, Coopsco, Petite Bibliothèque verte, La p’tite poule bleue, Éditions Vaudreuil, El Libro Café

Bibliothèques Armand-Frappier, Ormstown, Saint-Anicet, Les Coteaux, Saint-Zotique, Rigaud, Très-Saint-Rédempteur, Ile Perrot, Pincourt, Vaudreuil-Dorion, Les Cèdres, Saint-Lazare, Saint-Clet, Coteau-du-Lac, Hudson et Sainte-Justine-de-Newton

 

Statistiques

-Dans 83% des cas d’agression, la victime est de sexe féminin.

-Entre 72% et 84% des victimes connaissaient l’agresseur.

-De 60% à 72% des agressions ont eu lieu dans une résidence privée.

-10% des agressions sexuelles sont signalées à la police.

-La majorité des agressions sexuelles sont planifiées à l’avance.

(Source : Ministère de la sécurité publique - 2012)