Le projet Habitat pour l'Humanité se concrétise à Ormstown

Deux maisons écologiques construites par des étudiants


Publié le 10 février 2017

L'installation des modules d'habitation s'est déroulée vendredi matin, rue Isabelle à Ormstown.

©TC Média Pierre Langevin

Le projet «Notre maison» a franchi un pas de plus vendredi à Ormstown. Les deux maisons jumelées certifiées LEED ont été transportées sur un terrain de la rue Isabelle pour y accueillir deux familles à revenu limité.

Ce fut un gros challenge pour nous parce qu'on se trouvait devant l'inconnu dans la construction d'une maison certifiée LEED. John Hodges, instructeur du programme Charpenterie-Menuiserie

À lire aussi:

Deux maisons écolo en quête de propriétaires

En présence d'une centaine de personnes rassemblées sur place par un froid de canard, les quatre modules ont été installés sur leurs bases de béton, en vue d'y être complétées et rendues accessibles pour le 1er juillet prochain.

Le projet «Notre maison» a été amorcé en 2012. C'est une première collaboration du genre au Québec pour l'organisme Habitat pour l'Humanité Québec (HHQ),  grâce à la collaboration établie avec la Commission scolaire anglophone New Frontiers et la Municipalité d'Ormstown.

«Le défi de ce projet a été de coordonner les efforts des différents partenaires impliqués dans le projet, explique Jean-François Deschênes, directeur construction pour HHQ. Il s'agissait d'une première expérience du genre pour le Centre de formation professionnelle Chateauguay Valley, ils ont dû adapter leur programme (de charpenterie-menuiserie) en conséquence.»

Instructeur du programme, John Hodges était sur place pour coordonner l'installation. «Ce fut un gros challenge pour nous parce qu'on se trouvait devant l'inconnu dans la construction d'une maison certifiée LEED. On est allé au-delà de notre savoir et on a été en mesure d'intégrer ce nouveau concept aux besoins de nos élèves. Ils seront en avance à cet égard.»

Daniel Béliveau est un des quelque 80 élèves du programme qui ont travaillé à ce projet: réalisation des planchers, pose du gyproc et l'installation des cabinets de salle de bain. «C'est cool, ça nous rend fier d'avoir participé à un projet qui comprend des hauts standards de qualité», a-t-il confié.

La cérémonie qui s'est déroulée à l'extérieur au parc des Érables a donné lieu aux allocutions des différents dirigeants des organismes impliqués dans le projet. Le député de Huntingdon, Stéphane Billette et le maire d'Ormstown, Chrystian Soucy, ont aussi pris la parole.

Celui-ci s'est dit fier que la municipalité participe à ce projet. «Comme on n'a pas d'industrie chez nous, c'est une façon de nous faire connaître et d'avoir une visibilité auprès des jeunes familles», dit-il. La Municipalité a contribué en fournissant le terrain de la rue Isabelle et en y acheminant les services, une valeur d'environ 30 000 $, selon le maire.

La cérémonie a également donné lieu à la présentation d'une première famille qui occupera l'une des deux unités, avec la présence de Stacey Cater et de son jeune fils Chase Kennedy. Selon l'entente du projet, celle-ci devait répondre à certains critères, notamment celui d'investir bénévolement 500 heures de son temps dans la construction de sa maison ou dans d’autres activités bénévoles.

Pour l'ensemble des intervenants impliqués dans le projet «Notre maison», la cérémonie tenue vendredi matin évoquait visiblement un sentiment de grande fierté et d'accomplissement collectif.

La directrice du Centre de formation professionnelle Chateuguay Valley, Anita Duwel, a remis le marteau emblématique du projet au président d'Habitat pour l'Humanité Québec, Stephen Rotman.

©TC Média Pierre Langevin