Le préfet Yves Daoust quitte ses fonctions après 22 ans de service

Préfet de la MRC de Beauharnois-Salaberry


Publié le 26 janvier 2017

Yves Daoust a été élu préfet une première fois en 1989.

©TC Média Archives

Élu une première fois préfet de la MRC de Beauharnois-Salaberry en 1989, le maire de Saint-Louis-de-Gonzague, Yves Daoust quitte ses fonctions après 22 années de service.

Quand je suis arrivé en poste en 89, on parlait d'incinérateur (à déchets), alors qu'aujourd'hui on travaille sur l'usine de biométhanisation. Yves Daoust

«C'est une sortie que j'avais planifiée,  ma réflexion était amorcée depuis l'an dernier car je voulais ralentir la cadence. Quand je décide de m'impliquer je le fais à 100 % et il était important pour moi d'assurer une bonne transition», explique M. Daoust, qui conserve néanmoins la fonction de préfet suppléant.

C'est la mairesse de Sainte-Martine, Maude Laberge, que les maires de Beauharnois-Salaberry ont élue mercredi au poste de préfète.

Dossiers marquants

En échangeant avec M. Daoust sur les principaux dossiers qu'il a traités à titre de préfet, on constate qu'il en a coulé de l'eau sous le pont de Saint-Louis.

«Quand je suis arrivé en poste en 89, on parlait d'incinérateur (à déchets), alors qu'aujourd'hui on travaille sur l'usine de biométhanisation», rappelle-t-il.

La gestion des déchets a effectivement été un des nombreux dossiers que les MRC ont eu à gérer ces dernières décennies, comme d'autres pour lesquels Yves Daoust a toujours réussi à obtenir un consensus des maires pour les faire progresser efficacement.

Les dossiers culturels, environnementaux, le Parc régional du canal de Beauharnois et les négociations sur la gestion des terres d'Hydro-Québec comptent parmi ces dossiers. Mais c'est sans doute celui de l'autoroute 30 qui a marqué la préfecture de M. Daoust.

«Il fallait y croire, dit-il. On en a défoncé des portes pour faire avancer ce dossier, mais j'ai toujours pu compter sur l'appui des maires.» On se souviendra aussi de ses réflexions voulant qu'il fallait «mettre la table en prévision de la 30», visant à préparer le terrain en vue des investissements qui, aujourd'hui, se réalisent enfin.

Pour ce qui est des dossiers à venir pour les MRC, Yves Daoust mentionne celui du Fonds d'aide au rayonnement des régions (FARR), pour lequel Québec a annoncé des transferts de 100 M $ aux régions d'ici 2020. «Tout est à faire dans ce dossier, ce sera un gros défi pour ma successeure.»

Par ailleurs, le préfet sortant dit également être en réflexion quant à sa carrière politique municipale à Saint-Louis-de-Gonzague, alors que les prochaines élections s'annoncent pour novembre prochain.