Québec autorise les travaux visant à isoler le Kathryn Spirit du lac Saint-Louis

Michel Thibault michel.thibault@tc.tc
Publié le 16 décembre 2016

Le Kathryn Spirit le 10 décembre.

©TC Media - Michel Thibault

Les travaux préparatoires au démantèlement de l'épave du Kathryn Spirit annoncés le 10 novembre par le ministre fédéral Marc Garneau pourront commencer.

Le gouvernement du Québec a annoncé vendredi qu'il donnait son feu vert. Le Conseil des ministres a adopté un décret d'urgence pour permettre à la Garde côtière canadienne d'aller de l'avant. Ce qui évite que le projet soit soumis à un processus d'évaluation environnementale normalement exigé dans pareil cas.

«Comme les travaux doivent débuter avant que les glaces n'enveniment la situation, nous devions agir rapidement. Cette décision exceptionnelle du gouvernement est la meilleure dans les circonstances, pour assurer la sécurité publique, pour protéger l'environnement et pour préserver l'activité maritime», indique dans un communiqué le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, David Heurtel.

Les travaux consistent à bâtir un batardeau afin d'assécher le lac Saint-Louis autour de l'épave puis la stabiliser et la sécuriser en vue de son démantèlement en 2017. Le fédéral a accordé en novembre un contrat de 7,9 M $ au Groupe St-Pierre pour les exécuter.

Groupe St-Pierre qui, à l'origine, en 2011, a fait amener le Kathryn Spirit en bordure de ses installations à Beauharnois avec le projet de le mettre en pièces et de vendre le métal. L'entreprise n'a pu obtenir les autorisations pour procéder.

L'épave a ensuite été vendue à une entreprise mexicaine qui l'a abandonnée.Jugeant que le cargo représentait une menace pour la qualité de l'eau, des voix se sont élevées à de multiples reprises au fil des cinq dernières années pour que le Kathryn Spirit disparaisse du décor, le maire de Beauharnois Claude Haineault en tête. Le souhait en voie d'être exaucé.