Stéphane Billette fier que l’animal ne soit plus un «bien meuble»

Loi visant l’amélioration de la situation juridique de l’animal

Steve Sauvé steve.sauve@tc.tc Publié le 12 janvier 2016

Stéphane Billette, député de Huntingdon et whip en chef du gouvernement, se dit heureux que la Loi visant l’amélioration de la situation juridique de l’animal soit adoptée. Maintenant, les animaux ne sont plus considérés comme des biens meubles.

Selon les statistiques, le Québec détient le pire bilan en matière de cruauté animale de toutes les provinces canadiennes. «Cela n’a aucun sens, mentionne M. Billette. Il fallait faire quelque chose et la nouvelle loi adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale permet maintenant de considérer les animaux comme des êtres doués de sensibilité ayant des impératifs biologiques.»

Toujours selon M. Billette, il ne faut pas croire que tous les Québécois traitent mal leurs animaux. «Je prends par exemple le Haut-Saint-Laurent. Il y a beaucoup de fermes laitières et ces vaches sont très bien traitées. Toutefois, nous avons assez vu d’images à la télé qui nous montrent des animaux maltraités. Il fallait agir. Notre gouvernement est donc allé de l’avant en déposant ce projet de loi et en affirmant clairement sa volonté de réprimer la négligence et la cruauté envers les animaux», souligne le député d’Huntingdon.

«Le Québec s’est également doté d’une Loi particulière sur le bien-être et la sécurité de l’animal qui vise à endiguer les comportements inacceptables, ajoute-t-il. Cette loi est inspirée des législations canadiennes figurant en tête de classement du palmarès de l’Animal Legal Defense Fund, soit celles du Manitoba, l’Ontario et de la Colombie-Britannique.

Finalement, Stéphane Billette invite les gens qui sont témoins d’une situation jugée inacceptable concernant la santé et le bien-être des animaux, de contacter la ligne 1 844-ANIMAUX. «Cela permet de la dénoncer en toute confidentialité, et ce, sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Nous avons maintenant 8M d’inspecteurs pour le bien-être des animaux.

En manchette

Deux moustiques qui piquent

Marek Lalonde et Jérémy Pilon ont combiné leurs efforts pour aider les Tigers du Lac Saint-Louis moustique AA à remporter deux grosses victoires le week-end dernier.

Stéphane Billette fier que l’animal ne soit plus un «bien meuble»

Loi visant l’amélioration de la situation juridique de l’animal

Steve Sauvé steve.sauve@tc.tc Publié le 12 janvier 2016

Stéphane Billette, député de Huntingdon et whip en chef du gouvernement, se dit heureux que la Loi visant l’amélioration de la situation juridique de l’animal soit adoptée. Maintenant, les animaux ne sont plus considérés comme des biens meubles.

Selon les statistiques, le Québec détient le pire bilan en matière de cruauté animale de toutes les provinces canadiennes. «Cela n’a aucun sens, mentionne M. Billette. Il fallait faire quelque chose et la nouvelle loi adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale permet maintenant de considérer les animaux comme des êtres doués de sensibilité ayant des impératifs biologiques.»

Toujours selon M. Billette, il ne faut pas croire que tous les Québécois traitent mal leurs animaux. «Je prends par exemple le Haut-Saint-Laurent. Il y a beaucoup de fermes laitières et ces vaches sont très bien traitées. Toutefois, nous avons assez vu d’images à la télé qui nous montrent des animaux maltraités. Il fallait agir. Notre gouvernement est donc allé de l’avant en déposant ce projet de loi et en affirmant clairement sa volonté de réprimer la négligence et la cruauté envers les animaux», souligne le député d’Huntingdon.

«Le Québec s’est également doté d’une Loi particulière sur le bien-être et la sécurité de l’animal qui vise à endiguer les comportements inacceptables, ajoute-t-il. Cette loi est inspirée des législations canadiennes figurant en tête de classement du palmarès de l’Animal Legal Defense Fund, soit celles du Manitoba, l’Ontario et de la Colombie-Britannique.

Finalement, Stéphane Billette invite les gens qui sont témoins d’une situation jugée inacceptable concernant la santé et le bien-être des animaux, de contacter la ligne 1 844-ANIMAUX. «Cela permet de la dénoncer en toute confidentialité, et ce, sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Nous avons maintenant 8M d’inspecteurs pour le bien-être des animaux.