Une candidate de Colombie-Britannique pour les Verts

Mario Pitre mario.pitre@tc.tc Publié le 1 octobre 2015

La candidate du Parti Vert dans Salaberry-Suroît, Silverado Socrates, est domiciliée à Kelowna, en Colombie-Britannique.

©TC Média Facebook

Le Parti Vert présente une candidate provenant de Colombie-Britannique dans la circonscription de Salaberry-Suroît en vue des élections du 19 octobre. Une situation que dénonce sa vis-à-vis du parti Force et Démocratie, Patricia Domingos.

L'adresse fournie par Silverado Socrates, du Parti Vert, auprès d'Élections Canada se trouve dans la ville de Kelowna, en Colombie-Britannique. Selon les informations obtenues dans divers médias de la côte ouest, Silverado Socrates a tenté sa chance afin d'être choisie candidate du Parti Vert dans au moins deux comtés l'été dernier, Central Okanagan-Similkameen-Nicola et Prince George-Peace River-Northern Rockies, sans toutefois réussir à être choisie.

Dans une courte présentation qu'elle fait d'elle-même, la candidate se dit sensibilisée au mouvement vert du temps qu'elle fréquentait l'Université de Victoria, établissement où elle réalisé plusieurs exploits notoires en compétition de cross-country.

Maintenant propriétaire d'écuries destinées aux randonnées à cheval, elle souhaite promouvoir les activités d'écotourisme au sein du Parti Vert.

Un manque de respect

Pour Patricia Domingos, candidate du parti Force et Égalité dans Salaberry-Suroît, cette façon de faire du Parti Vert de présenter des candidats «poteaux» provenant de Colombie-Britannique constitue un total manque de respect envers les électeurs.

Une vingtaine de candidats Verts sont ainsi sur les listes d'Élections Canada dans des circonscriptions québécoises, incluant la fille de la chef Elizabeth May, Victoria Cate May Burton, candidate dans Berthier-Maskinongé.

La plate-forme du parti Force et Égalité mise sur la mise en valeur des régions. Pour Mme Domingos, il est impensable que des candidats d'une autre province défendre des dossiers régionaux adéquatement. Cela vient renforcer, dit-elle le cynisme de la population envers la politique.   

En manchette

Une candidate de Colombie-Britannique pour les Verts

Mario Pitre mario.pitre@tc.tc Publié le 1 octobre 2015

La candidate du Parti Vert dans Salaberry-Suroît, Silverado Socrates, est domiciliée à Kelowna, en Colombie-Britannique.

©TC Média Facebook


Le Parti Vert présente une candidate provenant de Colombie-Britannique dans la circonscription de Salaberry-Suroît en vue des élections du 19 octobre. Une situation que dénonce sa vis-à-vis du parti Force et Démocratie, Patricia Domingos.

L'adresse fournie par Silverado Socrates, du Parti Vert, auprès d'Élections Canada se trouve dans la ville de Kelowna, en Colombie-Britannique. Selon les informations obtenues dans divers médias de la côte ouest, Silverado Socrates a tenté sa chance afin d'être choisie candidate du Parti Vert dans au moins deux comtés l'été dernier, Central Okanagan-Similkameen-Nicola et Prince George-Peace River-Northern Rockies, sans toutefois réussir à être choisie.

Dans une courte présentation qu'elle fait d'elle-même, la candidate se dit sensibilisée au mouvement vert du temps qu'elle fréquentait l'Université de Victoria, établissement où elle réalisé plusieurs exploits notoires en compétition de cross-country.

Maintenant propriétaire d'écuries destinées aux randonnées à cheval, elle souhaite promouvoir les activités d'écotourisme au sein du Parti Vert.

Un manque de respect

Pour Patricia Domingos, candidate du parti Force et Égalité dans Salaberry-Suroît, cette façon de faire du Parti Vert de présenter des candidats «poteaux» provenant de Colombie-Britannique constitue un total manque de respect envers les électeurs.

Une vingtaine de candidats Verts sont ainsi sur les listes d'Élections Canada dans des circonscriptions québécoises, incluant la fille de la chef Elizabeth May, Victoria Cate May Burton, candidate dans Berthier-Maskinongé.

La plate-forme du parti Force et Égalité mise sur la mise en valeur des régions. Pour Mme Domingos, il est impensable que des candidats d'une autre province défendre des dossiers régionaux adéquatement. Cela vient renforcer, dit-elle le cynisme de la population envers la politique.