Pélican choisit Valleyfield plutôt que Bromont

Mario Pitre mario.pitre@tc.tc Publié le 8 janvier 2016

Les produits fabriqués par Pélican sont vendus dans 53 pays.

©Photo pelicansport.com

Même si la direction de l'entreprise Pélican n'a encore rien confirmé, tout indique que celle-ci implantera sa deuxième usine de production à Salaberry-de-Valleyfield plutôt qu'à Bromont.

Considérée comme le plus grand fabricant de bateaux de matières plastiques au monde, l'entreprise de Laval a publié la semaine dernière une publicité visant à combler divers postes au sein de ses nouvelles installations.

On peut y lire que «Pélican s'installe à Salaberry-de-Valleyfield!» Le site choisi serait l'ancienne usine DomTex du boulevard Gérard-Cadieux, dans le secteur Saint-Timothée.

Par ailleurs, on apprend dans le journal La Voie de l'Est que l'entreprise avait entrepris des démarches l'automne dernier pour s'implanter dans l'ancienne usine Hyundai de Bromont, propriété de la société immobilière Olymbec.

Nouvel actionnaire

Dans un communiqué publié en décembre, Pélican annonçait l’arrivée du Fonds de solidarité FTQ à titre d’actionnaire minoritaire au sein de la compagnie.

«Nous sommes très fier de ce nouveau partenariat. Pour nous, le Fonds de solidarité FTQ constituait l’allié idéal, tant par sa compréhension de la spécificité de nos enjeux que pour les valeurs qu’il promeut. À ce stade de notre croissance, avoir un partenaire aussi solide va nous permettre d’enclencher plusieurs actions déterminantes pour le futur de Pelican, principalement dans le but d’accroître notre capacité de production», mentionnent les propriétaires  Antoine et Christian Élie.

Pélican informe du même coup qu'elle entend notamment ouvrir une seconde usine au Québec, et acquérir des équipements de pointe en extrusion et transformation des plastiques pour accroître son volume de production. Son usine actuelle, située à Laval, ne suffit plus aux besoins d’entreposage et de production, compte tenu de la croissance du marché mondial des sports nautiques dans les dernières années.

Pélican  vend et distribue des kayaks, planches SUP, canots, embarcations de pêche, pédalos et luges utilitaires dans plus de 53 pays. Son implantation dans la ville considérée comme la «Venise du Québec» serait tout à fait justifiée.

En manchette

Souvenirs des Régates de Valleyfield

Au fil des années, les Régates de Valleyfield ont attiré leur part d'invités spéciaux et de nombreux hockeyeurs de la Ligue Nationale ont assisté à l'événement motonautique.

Le maire Denis Lapointe a besoin de sang

Les besoins de sang sont constants, le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Denis Lapointe, en est très conscient, c'est pourquoi il convie de nouveau la population à la collecte de sang du maire de Salaberry-de-Valleyfield, le mercredi 6 juillet prochain à l'Hôtel Plaza Valleyfield.

Pélican choisit Valleyfield plutôt que Bromont

Mario Pitre mario.pitre@tc.tc Publié le 8 janvier 2016

Les produits fabriqués par Pélican sont vendus dans 53 pays.

©Photo pelicansport.com


Même si la direction de l'entreprise Pélican n'a encore rien confirmé, tout indique que celle-ci implantera sa deuxième usine de production à Salaberry-de-Valleyfield plutôt qu'à Bromont.

Considérée comme le plus grand fabricant de bateaux de matières plastiques au monde, l'entreprise de Laval a publié la semaine dernière une publicité visant à combler divers postes au sein de ses nouvelles installations.

On peut y lire que «Pélican s'installe à Salaberry-de-Valleyfield!» Le site choisi serait l'ancienne usine DomTex du boulevard Gérard-Cadieux, dans le secteur Saint-Timothée.

Par ailleurs, on apprend dans le journal La Voie de l'Est que l'entreprise avait entrepris des démarches l'automne dernier pour s'implanter dans l'ancienne usine Hyundai de Bromont, propriété de la société immobilière Olymbec.

Nouvel actionnaire

Dans un communiqué publié en décembre, Pélican annonçait l’arrivée du Fonds de solidarité FTQ à titre d’actionnaire minoritaire au sein de la compagnie.

«Nous sommes très fier de ce nouveau partenariat. Pour nous, le Fonds de solidarité FTQ constituait l’allié idéal, tant par sa compréhension de la spécificité de nos enjeux que pour les valeurs qu’il promeut. À ce stade de notre croissance, avoir un partenaire aussi solide va nous permettre d’enclencher plusieurs actions déterminantes pour le futur de Pelican, principalement dans le but d’accroître notre capacité de production», mentionnent les propriétaires  Antoine et Christian Élie.

Pélican informe du même coup qu'elle entend notamment ouvrir une seconde usine au Québec, et acquérir des équipements de pointe en extrusion et transformation des plastiques pour accroître son volume de production. Son usine actuelle, située à Laval, ne suffit plus aux besoins d’entreposage et de production, compte tenu de la croissance du marché mondial des sports nautiques dans les dernières années.

Pélican  vend et distribue des kayaks, planches SUP, canots, embarcations de pêche, pédalos et luges utilitaires dans plus de 53 pays. Son implantation dans la ville considérée comme la «Venise du Québec» serait tout à fait justifiée.