Environ 2 M$ pour reconstruire les entrepôts de BEM

Coteau-du-Lac

Mario Pitre mario.pitre@tc.tc Publié le 13 janvier 2016

BEM reconstruira sur les mêmes fondations que ses anciens bâtiments, selon les mêmes superficies.

©TC Média Archives

Les entrepôts de l'entreprise BEM Feux d'artifice détruits par un incendie majeur en juin 2013 seront reconstruits trois ans plus tard au coût d'environ 2 M$.

C'est ce qu'a confirmé le propriétaire de l'entreprise, Bernard Masson, à l'issue d'une assemblée du conseil municipal de Coteau-du-Lac, à laquelle les élus ont entériné certaines dérogations mineures.

«Ces dérogations ne visent qu'à se confirmer aux nouvelles normes municipales en place, indique M. Masson. Pour l'essentiel, nous reconstruirons sur les mêmes fondations, selon les mêmes superficies», poursuit-il, estimant le projet entre 1,8 M$ et 2,3 M$.

M. Masson explique que ce projet de reconstruction avait exigé beaucoup de travail, étant donné que BEM devait suivre les multiples exigences et règlements en matière de sécurité imposées par les autorités, notamment par la Division de la réglementation des explosifs du gouvernement du Canada.

La CSST, dans son rapport sur les causes de l'explosion qui avait causé la mort de deux employées, notait l'utilisation d'appareillages électriques non conformes, l'utilisation d'outils ferreux en présence d'explosifs, la présence de pièces pyrotechniques préamorcées et la possibilité de décharges d'électricité statique. Des conclusions qu'avait néanmoins contestées l'entreprise.

Réservoirs d'eau

Par ailleurs, la Ville de Coteau-du-Lac prévoit aménager un réservoir souterrain d'une capacité de 12 000 gallons d'eau dans le secteur Saint-Emmanuel, au coût de quelque 20 000 $.

Bien que ce réservoir assurera une meilleure intervention du Service des incendies advenant un autre sinistre à cet endroit, le maire Guy Jasmin a fait savoir qu'il répondait d'abord aux exigences du schéma de couverture de risques de la MRC.

La Ville avait d'ailleurs été pointée du doigt à la suite de la tragédie de 2013, puisqu'aucune alimentation en eau potable n'était accessible à proximité du sinistre.

La Ville recommande également à BEM de se doter de son propre réservoir d'eau à ses installations, une demande que l'entreprise prendra en considération, a indiqué le propriétaire Bernard Masson.

En manchette

Il est question de noyade au Parc des îles de Saint-Timothée

Dans le cadre de la semaine de prévention de la noyade, organisée par la Société de sauvetage du Québec les baigneurs de la plage du Parc régional des Îles de Saint-Timothée ont été sensibilisés à l’importance de la veste de flottaison le vendredi 29 juillet dans le cadre de l’activité; Tu l’apportes, porte-la donc.

Environ 2 M$ pour reconstruire les entrepôts de BEM

Coteau-du-Lac

Mario Pitre mario.pitre@tc.tc Publié le 13 janvier 2016

BEM reconstruira sur les mêmes fondations que ses anciens bâtiments, selon les mêmes superficies.

©TC Média Archives


Les entrepôts de l'entreprise BEM Feux d'artifice détruits par un incendie majeur en juin 2013 seront reconstruits trois ans plus tard au coût d'environ 2 M$.

C'est ce qu'a confirmé le propriétaire de l'entreprise, Bernard Masson, à l'issue d'une assemblée du conseil municipal de Coteau-du-Lac, à laquelle les élus ont entériné certaines dérogations mineures.

«Ces dérogations ne visent qu'à se confirmer aux nouvelles normes municipales en place, indique M. Masson. Pour l'essentiel, nous reconstruirons sur les mêmes fondations, selon les mêmes superficies», poursuit-il, estimant le projet entre 1,8 M$ et 2,3 M$.

M. Masson explique que ce projet de reconstruction avait exigé beaucoup de travail, étant donné que BEM devait suivre les multiples exigences et règlements en matière de sécurité imposées par les autorités, notamment par la Division de la réglementation des explosifs du gouvernement du Canada.

La CSST, dans son rapport sur les causes de l'explosion qui avait causé la mort de deux employées, notait l'utilisation d'appareillages électriques non conformes, l'utilisation d'outils ferreux en présence d'explosifs, la présence de pièces pyrotechniques préamorcées et la possibilité de décharges d'électricité statique. Des conclusions qu'avait néanmoins contestées l'entreprise.

Réservoirs d'eau

Par ailleurs, la Ville de Coteau-du-Lac prévoit aménager un réservoir souterrain d'une capacité de 12 000 gallons d'eau dans le secteur Saint-Emmanuel, au coût de quelque 20 000 $.

Bien que ce réservoir assurera une meilleure intervention du Service des incendies advenant un autre sinistre à cet endroit, le maire Guy Jasmin a fait savoir qu'il répondait d'abord aux exigences du schéma de couverture de risques de la MRC.

La Ville avait d'ailleurs été pointée du doigt à la suite de la tragédie de 2013, puisqu'aucune alimentation en eau potable n'était accessible à proximité du sinistre.

La Ville recommande également à BEM de se doter de son propre réservoir d'eau à ses installations, une demande que l'entreprise prendra en considération, a indiqué le propriétaire Bernard Masson.