Sections

Une alternative santé sur le menu

Politique alimentaire de Salaberry-de-Valleyfield


Publié le 16 mai 2017

On veut bonifier l’offre alimentaire. C’est la vision municipale du partage d’une responsabilité.

©(Photo TC Média - E.T.)

Salaberry-de-Valleyfield se penche sur l’assiette de ces concitoyens. Sa nouvelle politique alimentaire ne veut pas dire quoi manger. Elle suggère toutefois une alternative santé pour une nutrition saine.

La Ville s’engage à contribuer à l’amélioration de la qualité nutritionnelle des aliments offerts sur son territoire. La politique concerne les infrastructures municipales, tels les arénas, et les événements organisés sur son territoire.

On veut bonifier l’offre alimentaire. C’est la vision municipale du partage d’une responsabilité.

Denis Lapointe

«La vie municipale c’est beaucoup plus que les trottoirs et les égoûts, a informé le maire. C’est aussi la vie et le bonheur de nos citoyens. On a l’obligation de les rendre heureux et de les garder en santé. »

Le but n’est pas d’interdire la malbouffe explique Annie Jalbert-Desforges, coordonnatrice à la vie communautaire. C’est de s’assurer qu’une offre saine, comprenant des fruits, légumes ou de l’eau, soit proposée aux consommateurs. Ce sera à eux de choisir leur repas.

Déjà les arénas ont augmenté leur menu. La poutine est toujours offerte, mais les wraps, salades et galettes d’avoine cuisinées sur place ont gagné l’appétit des spectateurs et hockeyeurs.

Pour les événements, la Ville a développé un guide pratique. Sorte de coffre d’outils, il suggérera des trucs et astuces pour bonifier l’offre alimentaire. Une façon de compléter le sandwich de grillades qui se déguste à toutes occasions à Valleyfield.

Sophie Leduc du Centre intégré de santé et services sociaux e la Montérégie-Ouest a salué la politique novatrice. «Il y a beaucoup d’embonpoint sur le territoire; les environnements favorables sont une voie pour contrer l’obésité. »

Faits et statistiques

- En 2009, 58 % de la population adulte du réseau local de service du Suroît présentaient un surplus de poids
- Seulement 42 % des élèves du secondaire de Beauharnois et de Salaberry-de-Valleyfield consomment au moins 5 portions de fruits et légumes par jour, Cette proportion grimpe à 50 % chez les adultes du Suroît
- 46 % des garçons et 31 % des filles fréquentant les écoles secondaires de Beauharnois et Salaberry-de-Valleyfield consomment des boissons sucrées quotidiennement

Qu’est-ce qu’une offre alimentaire saine ?

- Offrir des repas et des collations qui respectent le Guide alimentaire canadien
- Offrir des aliments ayant une faible teneur en gras trans et saturés; privilégier les gras polyinsaturés et mono-insaturés
- Offrir des aliments ayant une teneur élevée en fibres alimentaires
- Réduire l’offre d’aliments et de boissons ayant une teneur élevée en sodium
- Privilégier l’eau, le lait et les jus sans sucre ajouté comme boissons
- Limiter les aliments ayant une teneur élevée en sucre ajouté
- Favoriser l’offre de fruits et légumes frais
- Proposer une offre alimentaire durable, donc saine