Retour des téléviseurs à l’Hôpital du Suroît

Internet devrait aussi arriver dans les chambres

Steve Sauvé steve.sauve@tc.tc Publié le 19 janvier 2016

Le délai d’attente d'un an est jugé raisonnable par le CISSS de la Montérégie-Ouest, pour la finalisation du nouveau contrat de la location des téléviseurs à l’Hôpital du Suroît

©TC Média Steve Sauvé

Les patients hospitalisés dans une chambre de l’Hôpital du Suroît pourront de nouveau regarder la télévision dans les prochaines semaines, après plus d’un an d’interruption du service.

Plus de 200 nouveaux téléviseurs seront installés dans les chambres par la compagnie Optel, fournisseur du service télé à l’Hôpital. Bien que l’installation débutera prochainement, ce n’est que le premier de deux services qui viendront agrémenter le séjour des patients.

«L’installation des téléviseurs prendra quelques semaines, explique  Chantal Huot, conseillère-cadre, communications externes, relations médias et relations ministérielles au CISSS de la Montérégie-Ouest. Par la suite, ça sera au tour d’internet de faire son apparition dans les chambres.»

Le coût de location de la télévision sera de 11 $ par jour. Pour ce qui est du service donnant accès à la toile, il n’est pas encore établi. La conseillère confirme cependant que les patients pourront bénéficier d’une grille tarifaire à l’heure.

«Je ne sais pas si on parle d’un maximum d’utilisation et de la force du signal, mais je sais que d’ici les prochains mois, tout sera en place. Il y avait beaucoup de demandes concernant internet donc, les gens hospitalisés pourront utiliser le service», mentionne Mme Huot.

On peut facilement prétendre qu’un l’hôpital n’est pas un endroit pour regarder la télévision. Toutefois, on constate que, depuis le retrait des anciens téléviseurs jugés désuets des chambres, la commissaire aux plaintes n’a jamais été aussi occupée.

«Les patients ont fait savoir leur mécontentement, et ce rapidement. Plusieurs plaintes ont été déposées. Il y en a eu beaucoup plus qu’auparavant.» 

Fondation de l’Hôpital

Comme par le passé, la Fondation de l'Hôpital du Suroît sera l’organisme bénéficiaire de la location. Maude Daoust, directrice des communications pour la fondation explique que celle-ci n’est pas la responsable de la location des téléviseurs.

«Le contrat a été obtenu par la compagnie Optel, dit Mme Daoust. Dans l’entente, il est convenu que nous recevrons une partie des profits, mais cela ne se fait pas systématiquement. Il y a plusieurs facteurs qui sont pris en considération», ajoute Maude Daoust, sans en faire l’énumération.  

 

Retour des téléviseurs à l’Hôpital du Suroît

Internet devrait aussi arriver dans les chambres

Steve Sauvé steve.sauve@tc.tc Publié le 19 janvier 2016

Le délai d’attente d'un an est jugé raisonnable par le CISSS de la Montérégie-Ouest, pour la finalisation du nouveau contrat de la location des téléviseurs à l’Hôpital du Suroît

©TC Média Steve Sauvé


Les patients hospitalisés dans une chambre de l’Hôpital du Suroît pourront de nouveau regarder la télévision dans les prochaines semaines, après plus d’un an d’interruption du service.

Plus de 200 nouveaux téléviseurs seront installés dans les chambres par la compagnie Optel, fournisseur du service télé à l’Hôpital. Bien que l’installation débutera prochainement, ce n’est que le premier de deux services qui viendront agrémenter le séjour des patients.

«L’installation des téléviseurs prendra quelques semaines, explique  Chantal Huot, conseillère-cadre, communications externes, relations médias et relations ministérielles au CISSS de la Montérégie-Ouest. Par la suite, ça sera au tour d’internet de faire son apparition dans les chambres.»

Le coût de location de la télévision sera de 11 $ par jour. Pour ce qui est du service donnant accès à la toile, il n’est pas encore établi. La conseillère confirme cependant que les patients pourront bénéficier d’une grille tarifaire à l’heure.

«Je ne sais pas si on parle d’un maximum d’utilisation et de la force du signal, mais je sais que d’ici les prochains mois, tout sera en place. Il y avait beaucoup de demandes concernant internet donc, les gens hospitalisés pourront utiliser le service», mentionne Mme Huot.

On peut facilement prétendre qu’un l’hôpital n’est pas un endroit pour regarder la télévision. Toutefois, on constate que, depuis le retrait des anciens téléviseurs jugés désuets des chambres, la commissaire aux plaintes n’a jamais été aussi occupée.

«Les patients ont fait savoir leur mécontentement, et ce rapidement. Plusieurs plaintes ont été déposées. Il y en a eu beaucoup plus qu’auparavant.» 

Fondation de l’Hôpital

Comme par le passé, la Fondation de l'Hôpital du Suroît sera l’organisme bénéficiaire de la location. Maude Daoust, directrice des communications pour la fondation explique que celle-ci n’est pas la responsable de la location des téléviseurs.

«Le contrat a été obtenu par la compagnie Optel, dit Mme Daoust. Dans l’entente, il est convenu que nous recevrons une partie des profits, mais cela ne se fait pas systématiquement. Il y a plusieurs facteurs qui sont pris en considération», ajoute Maude Daoust, sans en faire l’énumération.