Tourisme Suroît met fin à ses activités

Faute de financement

Daniel Grenier daniel.grenier@tc.tc Publié le 9 octobre 2015

La directrice générale de Tourisme Suroît, Marie-Jacinthe Roberge et le président de l'organisme touristique Yvan Cardinal.

©(Photo TC Média – Archives Daniel Grenier)

Faisant face à un manque flagrant de financement, les administrateurs de Tourisme Suroît ont décidé de mettre fin aux activités de l'organisme après 21 ans d'existence.

Il s'agit d'un triste chapitre dans l'histoire de l'industrie touristique régionale.

Marie-Jacinthe Roberge

Depuis sa création en 1994, Tourisme Suroît était financé par les territoires de Beauharnois-Salaberry, Vaudreuil-Soulanges et du Haut-Saint-Laurent, ce qui représente un total de 43 municipalités.

Or, déjà que la MRC de Vaudreuil-Soulanges s'était retirée du financement pour l'année 2015, réduisant du même coup le budget de 31 %, voilà que les autorités de la MRC de Beauharnois-Salaberry ont décidé d'en faire de même pour l'année 2016.

Il ne restait donc que la MRC du Haut-Saint-Laurent qui ne peut suffire au financement avec son faible bassin de population de 21 500 personnes.

«Cela représente une perte de financement majeure et irréversible qui va en deçà d'un seuil essentiel afin d'offrir des services pertinents aux membres de la corporation. Cela rend aussi la corporation incapable de générer suffisamment de revenus autonomes pour assurer sa propre viabilité», indique dans un communiqué, le président de Tourisme Suroît et maire de Pincourt, Yvan Cardinal.

Il n'en fallait pas plus pour que les responsables de Tourisme Suroît décident de mettre la clé dans la porte de l'organisme.

Un apport pendant deux décennies

En dépit de la fin abrupte annoncée pour Tourisme Suroît, Yvan Cardinal a tenu à louanger les efforts déployés par les responsables depuis deux décennies pour faire la promotion touristique du Suroît, non seulement au Québec, mais en Ontario et aux États-Unis.

«Il faut saluer le travail des nombreuses personnes dévouées, rassembleuses et dynamiques qui ont œuvré au fil des ans à faire de Tourisme Suroît, un organisme phare de l'industrie touristique d'ici. Ce fut un catalyseur incontournable pour la multiplication des retombées économiques touristiques», affirme M. Cardinal.

À titre d'exemple, cette année, la campagne promotionnelle de Tourisme Suroît a permis d'exposer la destination «Suroît» à plus d'un million de personnes, grâce à des publications papier, la radio, l'Internet et les réseaux sociaux.

Pour sa part, la directrice générale de Tourisme Suroît, Marie-Jacinthe Roberge, a mentionné qu'il s'agissait d'un «triste chapitre dans l'histoire de l'industrie touristique régionale.»

«Dans ce contexte, plusieurs acteurs de l'industrie touristique devront se relever les manches pour faire en sorte que le tourisme d'ici poursuive sa progression. Ce sera évidemment un défi de collaboration, d'optimisation des ressources, d'inventivité et de débrouillardise pour les trois territoires désormais autonomes dans ce dossier mais il sera encore possible d'obtenir de belles retombées», a fait remarquer Mme Roberge.

Ainsi, dorénavant ce sont les CLD des territoires qui assumeront le mandat du tourisme. Comme le processus de transfert des mandats s'amorce à peine, les membres et partenaires concernés de Tourisme Suroît seront informés de la suite des choses au cours des prochaines semaines. À cet effet, une assemblée générale spéciale des membres aura lieu le jeudi 29 octobre à l'Hôtel Plaza Valleyfield à compter de 15 h. La dissolution de l'organisme sera à l'ordre du jour.

Tourisme Suroît met fin à ses activités

Faute de financement

Daniel Grenier daniel.grenier@tc.tc Publié le 9 octobre 2015

La directrice générale de Tourisme Suroît, Marie-Jacinthe Roberge et le président de l'organisme touristique Yvan Cardinal.

©(Photo TC Média – Archives Daniel Grenier)


Faisant face à un manque flagrant de financement, les administrateurs de Tourisme Suroît ont décidé de mettre fin aux activités de l'organisme après 21 ans d'existence.

Il s'agit d'un triste chapitre dans l'histoire de l'industrie touristique régionale.

Marie-Jacinthe Roberge

Depuis sa création en 1994, Tourisme Suroît était financé par les territoires de Beauharnois-Salaberry, Vaudreuil-Soulanges et du Haut-Saint-Laurent, ce qui représente un total de 43 municipalités.

Or, déjà que la MRC de Vaudreuil-Soulanges s'était retirée du financement pour l'année 2015, réduisant du même coup le budget de 31 %, voilà que les autorités de la MRC de Beauharnois-Salaberry ont décidé d'en faire de même pour l'année 2016.

Il ne restait donc que la MRC du Haut-Saint-Laurent qui ne peut suffire au financement avec son faible bassin de population de 21 500 personnes.

«Cela représente une perte de financement majeure et irréversible qui va en deçà d'un seuil essentiel afin d'offrir des services pertinents aux membres de la corporation. Cela rend aussi la corporation incapable de générer suffisamment de revenus autonomes pour assurer sa propre viabilité», indique dans un communiqué, le président de Tourisme Suroît et maire de Pincourt, Yvan Cardinal.

Il n'en fallait pas plus pour que les responsables de Tourisme Suroît décident de mettre la clé dans la porte de l'organisme.

Un apport pendant deux décennies

En dépit de la fin abrupte annoncée pour Tourisme Suroît, Yvan Cardinal a tenu à louanger les efforts déployés par les responsables depuis deux décennies pour faire la promotion touristique du Suroît, non seulement au Québec, mais en Ontario et aux États-Unis.

«Il faut saluer le travail des nombreuses personnes dévouées, rassembleuses et dynamiques qui ont œuvré au fil des ans à faire de Tourisme Suroît, un organisme phare de l'industrie touristique d'ici. Ce fut un catalyseur incontournable pour la multiplication des retombées économiques touristiques», affirme M. Cardinal.

À titre d'exemple, cette année, la campagne promotionnelle de Tourisme Suroît a permis d'exposer la destination «Suroît» à plus d'un million de personnes, grâce à des publications papier, la radio, l'Internet et les réseaux sociaux.

Pour sa part, la directrice générale de Tourisme Suroît, Marie-Jacinthe Roberge, a mentionné qu'il s'agissait d'un «triste chapitre dans l'histoire de l'industrie touristique régionale.»

«Dans ce contexte, plusieurs acteurs de l'industrie touristique devront se relever les manches pour faire en sorte que le tourisme d'ici poursuive sa progression. Ce sera évidemment un défi de collaboration, d'optimisation des ressources, d'inventivité et de débrouillardise pour les trois territoires désormais autonomes dans ce dossier mais il sera encore possible d'obtenir de belles retombées», a fait remarquer Mme Roberge.

Ainsi, dorénavant ce sont les CLD des territoires qui assumeront le mandat du tourisme. Comme le processus de transfert des mandats s'amorce à peine, les membres et partenaires concernés de Tourisme Suroît seront informés de la suite des choses au cours des prochaines semaines. À cet effet, une assemblée générale spéciale des membres aura lieu le jeudi 29 octobre à l'Hôtel Plaza Valleyfield à compter de 15 h. La dissolution de l'organisme sera à l'ordre du jour.