Le milieu scolaire dit ressentir l'appui des parents

Grève mercredi

Eric Tremblay eric.tremblay.a@tc.tc
Publié le 28 octobre 2015

Les élèves de la région ont eu congé de classe mercredi. Une journée où les enseignants et membres du soutien scolaire ont fait la leçon à la population en rappelant leurs revendications. Un mouvement de grève appuyé par les parents selon les syndiqués rencontrés.

«L'avis de grève a été reçu le 14 octobre et les parents ont obtenu la lettre la semaine dernière. L'appui des parents ne s'est pas démenti», a confié une enseignante rencontrée devant l'école Élizabeth-Monette.

Elle a ajouté que, pour son fils, les employés du réseau scolaire avaient un nom. «Mon fils ne vas pas voir l'orthopédagogue, il va voir Mme Isabelle. Et c'est important pour lui. »

Mireille Proulx, coordonnatrice du Syndicat de Champlain a expliqué que les moyens de pression étaient rendus nécessaires devant l'impasse des négociations. «Les conditions de travail se répercutent sur les conditions d'apprentissage», a-t-elle dit.

Les moyens de pression vont se poursuivre cet automne. Cinq autres journées de grève ont été votées.

«Nous sommes très loin de faire uniquement des revendications monétaires. Si c’était le cas, nous n’en serions pas là, affirme Dominic Hébert représentant du syndicat de Champlain. Les négociations sont au point mort et il faut que le gouvernement comprenne notre réalité.»

974 enseignants de Vaudreuil

Le Syndicat de l'enseignement de la région de Vaudreuil a aussi mobilisé ses troupes dans la rue mercredi matin.

«Depuis le début des négociations, nous avons tout mis en œuvre pour faire avancer la négociation et nous venons même de faire une relance, aux dires de Véronique Lefebvre, présidente du SERV. Si nous sommes en grève aujourd'hui [mercredi], c'est pour accentuer la pression et inviter le gouvernement à faire quelques pas dans notre direction. »

Elle ajoute que même si le gouvernement recule sur certaines demandes de récupérations patronales, un règlement est toujours loin. «Ce que nous visons c'est qu'un règlement satisfaisant soit négocié», a-t-elle expliqué.

Halloween

Mireille Proulx a indiqué que chaque école était libre de souligner la fête de l'Halloween. «Il n'y a pas eu de mot d'ordre du syndicat dit la coordonnatrice. Les décisions vont se prendre en équipe école. L'Halloween est samedi, ça arrive aux 7 ans ce genre de situation. »

(Avec la collaboration de Steve Sauvé)

Quelques demandes syndicales

Une diminution du nombre d'élèves par classe

Des services de qualité pour répondre aux besoins de tous les élèves, notamment ceux ayant des besoins particuliers

Le suivi d'accompagnement d'élèves HDAA (handicapé ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage) au service de garde et à l'heure du dîner

La fin de la sous-traitance pour qu'il y ait un meilleur suivi de l'entretien et des réparations effectuées dans les établissements