Un réseau de passeurs de migrants actif dans le Haut-Saint-Laurent?

Plusieurs passages signalés à Dundee

Steve Sauvé steve.sauve@tc.tc Publié le 1 octobre 2015

Les migrants passeraient la frontière canadienne dans le bois près du poste frontalier de Dundee.

©TC Média Lucien Brault

La théorie qu’un réseau de passeurs est actif dans la région n'est pas à écarter. Six migrants irakiens ont été interceptés à Dundee le mardi 29 septembre, près de la frontière canado-américaine.

Dans le temps, je chargeais 5000 $ par personne pour les faire passer au Canada par bateau. Tout se passait dans le coin de Dundee. Juste de l’autre côté de la frontière. Il y avait de l’argent à faire là

Un ancien passeur

Plusieurs pistes sont à être étudiées, mais la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ne confirme rien pour l’instant. «La théorie d’une organisation qui ferait passer des migrants au Canada aurait du sens, mais j’ignore si c’est le cas, souligne la responsable aux communications de la GRC Camille Habel. C’est la Section des enquêtes sur l’immigration qui travaille sur ce genre de cas. Il est rare que nous commentions ce genre de situation justement pour ne pas nuire à l’enquête."

Toutefois, le Journal Saint-François a retracé un ex-passeur. Ce dernier mentionne l'existence d'un tel réseau.

Une quinzaine de migrants syriens et irakiens sont entrés illégalement au Canada via la municipalité de Dundee, rapportait La Presse jeudi. Plusieurs réfugiés racontent avoir quitté leur pays en avion vers les États-Unis, en passant souvent par New York, poursuit l'article.

Pour le détachement de la GRC de Salaberry-de-Valleyfield, ce n’est pas une situation anormale de devoir intervenir dans le Haut-Saint-Laurent pour ce genre de dossier, indique Mme Habel.

Fait étrange, un résident de Dundee a confié au quotidien montréalais que plus de 15 migrants ont passé la frontière par sa terre au cours des dernières semaines. «Il y a effectivement des similitudes, constate Mme Habel. Les gens semblent tous passer à la même place. Encore une fois, je le dis, la théorie d’un réseau de passeurs n’est pas mauvaise, mais nous ne confirmons rien."

«Cela fait près de quatre ans que j’habite dans la municipalité et c’est la première fois que j’entends parler de ça, réagit l’ex-maire de Huntingdon Stéphane Gendron, maintenant résident de Dundee. Ce que je trouve étrange, c’est que quelqu’un qui arrive à l’aéroport de New York passe la frontière dans le bois à Dundee. Il me semble que c’est un long trajet. Peut-être y aurait-il un réseau?"

La mairesse de Dundee Jean Armstrong affirme ne pas savoir quoi penser de la situation. «Il est évident que ce n’est pas une bonne idée de franchir la frontière dans le bois», s’est contentée d’expliquer la première magistrate. Elle ajoute qu’elle ne sait pas si cela serait le résultat d’un réseau de passeurs de migrants.

«Habituellement, les policiers de la Sûreté du Québec nous contactent afin qu’on intervienne puisqu’il est question de juridiction fédérale, précise la porte-parole de la GRC. Par la suite nous acheminons le dossier à Immigration Canada. Il faut comprendre que la personne qui agit ainsi commet une infraction à la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés.»

Entrer au Canada illégalement

Les articles 18 et 117 de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés sont clairs.

-Article 18 : Quiconque cherche à entrer au Canada est tenu de se soumettre au contrôle visant à déterminer s’il a le droit d’y entrer ou s’il est autorisé, ou peut l’être, à y entrer et à y séjourner.

-Article 117 : Il est interdit à quiconque d’organiser l’entrée au Canada d’une ou de plusieurs personnes ou de les inciter, aider ou encourager à y entrer en sachant que leur entrée est ou serait en contravention avec la présente loi ou en ne se souciant pas de ce fait.

En manchette

L'importance de porter le casque à vélo

Des personnalités prônant le port du casque à vélo ont fait une escale à Salaberry-de-Valleyfield dans la cadre d'une randonnée de 500 kilomètres visant à sensibiliser le public à l'importance de prévenir les blessures à la tête.

Groupe Meloche citée en exemple

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard a fait une visite éclair à Salaberry-de-Valleyfield, lundi, aux installations du Groupe Meloche situé sur le boulevard des Érables.

Un réseau de passeurs de migrants actif dans le Haut-Saint-Laurent?

Plusieurs passages signalés à Dundee

Steve Sauvé steve.sauve@tc.tc Publié le 1 octobre 2015

Les migrants passeraient la frontière canadienne dans le bois près du poste frontalier de Dundee.

©TC Média Lucien Brault


La théorie qu’un réseau de passeurs est actif dans la région n'est pas à écarter. Six migrants irakiens ont été interceptés à Dundee le mardi 29 septembre, près de la frontière canado-américaine.

Dans le temps, je chargeais 5000 $ par personne pour les faire passer au Canada par bateau. Tout se passait dans le coin de Dundee. Juste de l’autre côté de la frontière. Il y avait de l’argent à faire là

Un ancien passeur

Plusieurs pistes sont à être étudiées, mais la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ne confirme rien pour l’instant. «La théorie d’une organisation qui ferait passer des migrants au Canada aurait du sens, mais j’ignore si c’est le cas, souligne la responsable aux communications de la GRC Camille Habel. C’est la Section des enquêtes sur l’immigration qui travaille sur ce genre de cas. Il est rare que nous commentions ce genre de situation justement pour ne pas nuire à l’enquête."

Toutefois, le Journal Saint-François a retracé un ex-passeur. Ce dernier mentionne l'existence d'un tel réseau.

Une quinzaine de migrants syriens et irakiens sont entrés illégalement au Canada via la municipalité de Dundee, rapportait La Presse jeudi. Plusieurs réfugiés racontent avoir quitté leur pays en avion vers les États-Unis, en passant souvent par New York, poursuit l'article.

Pour le détachement de la GRC de Salaberry-de-Valleyfield, ce n’est pas une situation anormale de devoir intervenir dans le Haut-Saint-Laurent pour ce genre de dossier, indique Mme Habel.

Fait étrange, un résident de Dundee a confié au quotidien montréalais que plus de 15 migrants ont passé la frontière par sa terre au cours des dernières semaines. «Il y a effectivement des similitudes, constate Mme Habel. Les gens semblent tous passer à la même place. Encore une fois, je le dis, la théorie d’un réseau de passeurs n’est pas mauvaise, mais nous ne confirmons rien."

«Cela fait près de quatre ans que j’habite dans la municipalité et c’est la première fois que j’entends parler de ça, réagit l’ex-maire de Huntingdon Stéphane Gendron, maintenant résident de Dundee. Ce que je trouve étrange, c’est que quelqu’un qui arrive à l’aéroport de New York passe la frontière dans le bois à Dundee. Il me semble que c’est un long trajet. Peut-être y aurait-il un réseau?"

La mairesse de Dundee Jean Armstrong affirme ne pas savoir quoi penser de la situation. «Il est évident que ce n’est pas une bonne idée de franchir la frontière dans le bois», s’est contentée d’expliquer la première magistrate. Elle ajoute qu’elle ne sait pas si cela serait le résultat d’un réseau de passeurs de migrants.

«Habituellement, les policiers de la Sûreté du Québec nous contactent afin qu’on intervienne puisqu’il est question de juridiction fédérale, précise la porte-parole de la GRC. Par la suite nous acheminons le dossier à Immigration Canada. Il faut comprendre que la personne qui agit ainsi commet une infraction à la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés.»

Entrer au Canada illégalement

Les articles 18 et 117 de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés sont clairs.

-Article 18 : Quiconque cherche à entrer au Canada est tenu de se soumettre au contrôle visant à déterminer s’il a le droit d’y entrer ou s’il est autorisé, ou peut l’être, à y entrer et à y séjourner.

-Article 117 : Il est interdit à quiconque d’organiser l’entrée au Canada d’une ou de plusieurs personnes ou de les inciter, aider ou encourager à y entrer en sachant que leur entrée est ou serait en contravention avec la présente loi ou en ne se souciant pas de ce fait.